Comment avoir une chevelure saine et abondante ?

Peu importe qu’ils soient raides ou bouclés, blonds ou châtains, secs ou gras, tous les cheveux obéissent à la loi. Cette loi, appelée en langage scientifique « cycle pilaire », ordonne aux cheveux de se renouveler de façon cyclique, ce qui permet de garder une chevelure saine et abondante. Lorsque de moins en moins de cheveux se trouvent en phase de croissance, le crâne se dégarnit. Temporaire ou chronique, cette chute peut avoir de nombreuses origines.

Qu’est-ce que le cycle pilaire ?

Chaque cheveu naît, pousse, puis meurt et est remplacé. C’est le cycle pilaire, composé de trois phases bien distinctes. La phase anagène ou la phase de croissance du cheveu, dure entre 3 et 7 ans, variable selon l’âge, le sexe et la zone du cuir chevelu. Durant cette phase, le cheveu est fort et chargé en kératine. Il pousse de manière régulière et constante. Lorsqu’au cours de cette phase la racine est soumise à une perturbation, le cheveu passe prématurément en phase de transition. Durant la phase de transition, la racine du cheveu se dégénère et le cheveu cesse de pousser. Appelée catagène, cette phase dure de 2 à 3 semaines. La phase terminale ou la phase télogène, s’étend sur 3 mois. Le cheveu se détache sous l’effet d’actions mécaniques (peigne, brosse, shampooing), permettant à la nouvelle racine de se former à partir d’un réservoir de cellules souches du cuir chevelu. Le nouveau cheveu entre dans sa phase de croissance. Ainsi, le cycle pilaire recommence vingt à vingt-cinq fois, ce qui permet de garder une chevelure abondante.

Que se passe-t-il quand les cheveux n’obéissent plus à la loi ?

Au cours d’une vie, le nombre de cheveux qui poussent est généralement supérieur au nombre de cheveux qui tombent. Sur une chevelure saine environ 85 % des cheveux sont en phase de croissance, 1-2 % en phase de transition et un peu plus de 10 % en phase de chute. Ce pourcentage peut être modifié en fonction de l’âge, du sexe, de l’ethnie, de la saison, de l’alimentation, du statut hormonal et même de l’état psychologique de l’individu.

Pourquoi la phase de croissance du cheveu se raccourcit-elle ?

Dans la grande majorité des cas, c’est l’hérédité qui joue le rôle primordial. Chez certaines personnes, les racines des cheveux sont particulièrement sensibles à l’action d’hormones mâles. L’une de ces hormones masculines, la DHT, accélère l’enchaînement des cycles pilaires, réduisant la durée de la phase de croissance. Les racines des cheveux arrivent alors de façon précoce à épuisement de leurs cycles pilaires. Elles se miniaturisent, s’enfoncent progressivement dans le cuir chevelu, puis disparaissent complètement. En l’absence de nouvelle repousse, les cheveux se raréfient et les zones clairsemées apparaissent.

D’autre part, la malnutrition peut être à l’origine de chutes de cheveux avec des phases anagènes très courtes ou non présentes. Des carences chroniques en acides aminés soufrés (cystéine, cystine, méthionine), vitamines (A, C, B8), certains minéraux (zinc, fer) et acides gras essentiels (oméga-3) contribuent à raccourcir la phase de croissance et à prolonger celle de chute. Il en est de même pour le stress chronique, l’angoisse inexplicable et la forte émotion.

Des abus de soins comme des cheveux constamment tirés en arrière (chignon, queue-de-cheval), shampoings agressifs, brushings, permanentes, défrisages, mises en plis, brossages trop énergiques peuvent, eux aussi, abréger la phase de croissance et entraîner la chute prématurée de cheveux.

Finalement, ce sont les cellules souches du cuir chevelu qui ne jouent plus le jeu et n’assurent plus leur rôle de régénération des racines des cheveux. Présentes en quantité non-négligeable dans des follicules pileux, ces cellules souches donnent naissance aux cellules progénitrices des racines des cheveux (1). Lorsqu’elles se désactivent, les racines des cheveux ne se régénèrent plus et meurent prématurément. Pour autant, même chez les personnes dégarnies ou complètement chauves, les cellules souches des follicules pileux ne disparaissent pas (2). Elles sont seulement  « mises au repos » ou « rendues quiescentes ». Ce n’est donc pas le nombre, mais bien la fonctionnalité des cellules souches des follicules pileux qui est perturbée au cours de l’alopécie !

Comment « réveiller » les cellules souches des follicules pileux ?

L’extrait breveté EMortal ™PEP est un ingrédient cosmétique novateur (3). Il s’agit des peptides bioactifs de petits pois constitués de 5 acides aminés enchaînés (Ala-Gly-Glu-Leu-Ser). Ces peptides bioactifs contribuent à réactiver les cellules souches du cuir chevelu, favorisant ainsi la régénération des racines des cheveux. Ils permettent également de maintenir les cheveux dans la phase de croissance (phase anagène), ayant une influence positive sur la longueur et la densité de la chevelure. De plus, les peptides bioactifs de petits pois sont les antioxydants puissants. Ils limitent l’impact des agressions quotidiennes (pollution, mauvaise alimentation, rayonnements UV, colorations, permanentes, chaleur des brushings) sur la tige capillaire et le cuir chevelu.

  Références :                                                                                                                                1. Greco V, et al. A two-step mechanism for stem cell activation during hair regeneration. Cell Stem Cell. 2009 Feb 6; 4(2):155-69 2. Garza LA, et al. Bald scalp in men with androgenetic alopecia retains hair follicle stem cells but lacks CD200-rich and CD34-positive hair follicle progenitor cells. J Clin Invest. 2011 Feb; 121(2):613-22. 3. Brevet EP 2588075 A2: Use of a peptidic pea extract as an active antioxidant in a cosmetic composition. International Application No PCT/FR2011/000374.
Le pissenlit
Nutri Lotion Hair : Formule inédite contre la chute des cheveux !
 
Comment avoir une chevelure saine et abondante ?
Notez cet article

Ecrit par

Aucun commentaires.

Laisser un commentaire

Message