Comment faire face aux angoisses ?

 Mains moites, gorge serrée, cœur qui bat la chamade…

Tous ces signes présagent à coup sûr la crise d’angoisse !

Une simple pensée négative, un seul coup de fil déplaisant ou tout bonnement une personne que l’on ne désire pas rencontrer… et là voilà qu’elle déboule, qu’elle nous envahit de la tête aux pieds, qu’elle nous tétanise de frayeur ! Une brutale émotion nous dévaste !  Un «sauve-qui-peut» nous alarme ! Une panique incontrôlable nous dévore !

On n’est plus en état de faire face à quoi que se soit : les événements de la vie nous semblent totalement incontrôlables !  Maintenant, on est mal à l’aise au milieu de la foule… Maintenant, on est mal à l’aise de parler avec un inconnu… Maintenant, on est mal à l’aise de passer un examen…

A présent, on ne peut plus dormir… on ne peut plus du tout décompresser ! Voici l’angoisse…

L’angoisse est une sorte de signal d’alarme qui apparaît lorsqu’on néglige de faire face à une émotion déplaisante. Mais ne serait-ce tout simplement pas, un manque de certaines molécules cérébrales qui contribuerait à son apparition ? D’un point de vue biochimique, pourquoi certains d’entre nous réussissent-ils à gérer leurs angoisses alors que d’autres basculent inévitablement dans une maladie ?

Il faut savoir que pour partager ou échanger leurs informations, les cellules nerveuses s’interconnectent par de nombreux signaux électriques. Lorsqu’un signal arrive à l’extrémité de l’une d’elles, il libère un messager chimique: le neurotransmetteur. Capté par le neurone voisin, ce messager chimique engendre une nouvelle impulsion électrique. Chaque neurone communique avec des milliers de ses confrères à la vitesse de 100 m/s et plus, créant ainsi toutes nos émotions. Certains échanges soulèvent la tempête de l’amour, d’autres engendrent la boulimie ou alimentent le moteur de la mécanique de l’angoisse !

Dénommé «frein cérébral», le messager GABA (acide gamma amino butyrique) règne en maître sur la vitesse des échanges neuronaux. Situé au sommet de la hiérarchie de tous les autres neurotransmetteurs, il ralentit l’activité cérébrale. En absence de GABA, les cellules nerveuses deviennent incontrôlables et s’emballent. Les échanges sont de plus en plus rapides, de plus en plus chaotiques…C’est un vrai «court-circuit» de la messagerie neuronale !

Une carence chronique de GABA joue un rôle primordial dans l’apparition des troubles anxieux. Par ailleurs, l’alcool et certains médicaments (anxiolytiques de la famille des benzodiazépines, barbituriques, hypnotiques, etc…) soulagent les crises d’angoisse parce qu’ils parodient l’action du GABA dans le cerveau !

La prise de GABA se traduit par une diminution notable de la tension émotionnelle, par une réduction de la fréquence des crises d’angoisse, par une amélioration du sommeil et à plus long terme par un véritable effet antidouleur. Le réapprovisionnement des stocks cérébraux de GABA stimule la mémoire, la capacité de concentration, le langage et d’autres fonctions cognitives.

D’une sécurité absolue, le GABA n’engendre aucune accoutumance et ne provoque aucun effet secondaire, surtout lorsque la posologie recommandée est respectée. Les médecins en informent rarement leurs patients, préférant prescrire des médicaments plus onéreux !

Il est bon de savoir :

  • Les personnes ayant un taux cérébral optimal de GABA sont calmes, confiantes, posées. Elles aiment planifier, rester à l’écoute des autres et travailler en équipe. Chacun peut compter sur les « gabaergiques » pour les bons comme pour les mauvais moments. Ce sont des gens de confiance qui tissent des liens réels et cultivent des amitiés durables.
  • Une carence chronique en vitamine B6 entrave la production du GABA et contribue à l’apparition des troubles anxieux.
  • Les molécules bio-actives de la valériane (notamment l’acide valérénique) inhibent les enzymes responsables de la dégradation du GABA et renforcent ainsi son efficacité.
  • La prise orale de GABA minimise les envies d’alcool et aide à soigner l’alcoolisme chronique.
  • Le GABA stimule la sécrétion naturelle de l’hormone de croissance et a un effet rajeunissant sur l’ensemble du corps.

Nous vous conseillons :

GABA Gaba, un complément relaxant naturel

Comment faire face aux angoisses ?
Notez cet article

Ecrit par

Aucun commentaires.

Laisser un commentaire

Message