Comment soulager les acouphènes ?

Entendre un bruit qui n’existe pas est un phénomène paradoxal… Mais il est très fréquent, puisqu’un français sur cinq en a, un jour, fait l’expérience ! Qu’ entend-on par acouphènes? Comment les soulager ? Décryptage d’un mal silencieux qui s’accroît insidieusement avec l’âge.

Qu’entendons-nous par acouphènes ?

Les acouphènes sont des perceptions acoustiques survenant en l’absence de stimulus extérieur, essentiellement dans le silence. Les causes de ces perceptions subjectives sont multiples : surexposition au bruit, maladies infectieuses, traumatismes crâniens, intoxication aux médicaments, perte de l’ouïe liée à l’âge, etc., d’où la diversité des hallucinations auditives (bourdonnements, sifflements, pulsations, cliquetis, bruits de cocotte-minute, d’essaim d’abeilles, de vent, de vagues). Les acouphènes peuvent être intermittents, temporaires ou permanents, auquel cas ils causent une grande détresse psychologique.

Quels sont les mécanismes à l’origine des acouphènes ?

Les acouphènes sont une pathologie réelle, touchant la communication entre les cellules sensorielles de l’oreille interne (cellules ciliées) et les neurones du nerf auditif (nerf cochléo-vestibulaire). Une destruction des cellules ciliées engendrerait une libération excessive de glutamate (principal neuromédiateur dans la transmission de l’information aux neurones auditifs). Il en résulterait une hyperexcitabilité du nerf cochléo-vestibulaire, laquelle serait à l’origine des illusions auditives.

D’autre part, la perception des acouphènes serait liée à une surexcitation de certaines zones cérébrales (cortex auditif, cortex préfrontal et cortex limbique). Cette anomalie aurait un impact significatif sur l’apparition des hallucinations auditives. L’argument en faveur de cette hypothèse est que si l’on coupe le nerf auditif, l’acouphène ne disparaît pas.

Les problèmes vasculaires (hypertension, athérosclérose, diabète, etc.) sont souvent à l’origine du développement du vieillissement précoce de l’audition. Une mauvaise circulation sanguine au niveau des vaisseaux nourrissant l’oreille interne et donc, une moindre oxygénation de l’appareil auditif serait également en faveur des acouphènes.

Finalement, certains médicaments (antibiotiques, diurétiques, antipaludéens, anticancéreux, analgésiques) précisent dans leur fiche descriptive comme effet secondaire le risque d’ototoxicité. Leur apport est souvent impliqué dans l’apparition des bourdonnements d’oreille.

Quelles sont les solutions ?

Certains compléments alimentaires aident à protéger la mécanique fragile de la perception auditive. Ils atténuent les acouphènes d’origine traumatique, vasculaire et médicamenteuse, particulièrement chez les patients, qui présentent des symptômes temporaires de courte durée.

En raison de ses puissantes propriétés vasodilatatrices et anti-oxydantes, le Ginkgo biloba soulage les acouphènes d’origine vasculaire. Il est particulièrement efficace chez les patients atteints de maladies chroniques qui prédisposent à la perte de l’audition (hypertension  artérielle, diabète sucré, athérosclérose, etc.).

Analogue structurel de la vincamine (puissant alcaloïde issu de petite pervenche), la Vinpocétine détend les petits vaisseaux qui irriguent l’appareil auditif. Elle diminue la fréquence des acouphènes dus à la mauvaise circulation sanguine.

Les concentrations plasmatiques de Vitamine B12 sont significativement plus faibles chez les personnes âgées souffrant d’acouphènes. Cette constatation suggère qu’un apport en vitamine B12 pourrait réduire l’intensité des illusions auditives. Il en est de même pour le Zinc et la Coenzyme Q10.

Grâce à ses puissants effets antioxydants, l’Acide Alpha-Lipoïque protège la cochlée d’un traumatisme acoustique. Bien toléré et peu onéreux, c’est un supplément idéal pour atténuer les acouphènes et en diminuer la fréquence.

Enfin, le rétablissement du fonctionnement normal des circuits cérébraux endommagés constitue un traitement plausible contre les acouphènes. Les plantes (Mélisse, Valériane, Houblon) qui augmentent le taux cérébral du GABA (neurotransmetteur inhibiteur primordial du cerveau) sont d’un grand secours pour les acouphènes.

Acouphex associe des extraits végétaux, vitamines et minéraux pour améliorer la tolérance aux acouphènes ou pour réduire leur intensité.

complément alimentaire Acouphex
ACOUPHEX
Pour ceux et celles qui souffrent d’acouphènes

complément alimentaire Acouphex

Comment soulager les acouphènes ?
Notez cet article

4 Comments

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.