Infections urinaires : comment les prévenir?

Les cystites récidivantes sont un problème pour de nombreuses femmes. Les solutions naturelles, dont la canneberge, sont efficaces en prévention des infections urinaires récurrentes.

Infections urinaires : les femmes très concernées

La cystite est une inflammation de la paroi de la vessie. Dans l’immense majorité des cas, elle est d’origine infectieuse. On estime que 20 % des jeunes femmes présentent au moins un épisode d’infection urinaire par an. Plus de 60 % des femmes auront au cours de leur vie au moins une infection urinaire basse. Cette affection fréquente touche 50 fois plus souvent les femmes que les hommes pour des raisons anatomiques. L’urètre est en effet très court chez la femme et débouche à proximité de l’orifice vaginal, tout près de l’anus, dans une zone où sont naturellement présentes des bactéries de la flore intestinale. Certaines bactéries parviennent à remonter de la vulve jusqu’à la vessie par l’urètre et déclencher une cystite aiguë, ou infection urinaire basse.  Certains facteurs favorisent la pénétration des germes dans l’urètre et leur multiplication dans la vessie : constipation, mictions trop rares ou trop espacées, modifications hormonales à la grossesse ou à la ménopause, absence ou excès d’hygiène intime…

Prévenir les infections urinaires : hygiène de vie

Des règles de vie simple permettent de prévenir les récidives d’infections urinaires :

  • boire 1,5 l d’eau par jour ;
  • uriner régulièrement dans la journée et éviter de se retenir ;
  • uriner systématiquement après chaque rapport sexuel ;
  • après être allée à la selle, s’essuyer toujours d’avant en arrière ;
  • effectuer, une fois par jour, une toilette intime externe à l’eau et au savon ;
  • éviter de porter des vêtements trop serrés ou en tissu synthétique (ils favorisent la
  • transpiration et facilitent la multiplication des bactéries) ;
  • avoir une bonne hygiène alimentaire permettant un transit intestinal régulier
  • « D’un point de vue alimentaire, hors crise, il faut éviter le thé, le café, les épices, le vin blanc, le champagne et les coquillages/crustacés car ils modifient le PH et acidifie le terrain ce qui aura pour conséquence d’augmenter l’irritabilité de la vessie et de l’urètre. Il faut aussi éviter le sucre car les bactéries responsables des cystites comme l’E-coli se multiplient encore mieux dans un terrain où l’on trouve du sucre  » conseille Céline Touati, naturopathe nutrithérapeute* (Courbevoie).

Prévention des cystites récidivantes : les solutions naturelles, efficaces!

« La première chose à faire est de consolider la flore intestinale en prenant des probiotiques et de restaurer la flore vaginale. Les probiotiques peuvent être pris oralement mais on peut aussi vider 2 gélules dans une cuillère de yaourt pour s’en badigeonner le vagin ou les mettre entière directement si leur enveloppe n’est  pas gastro-résistante. On trouve aussi en pharmacie ou en magasin biologique des ovules aux probiotiques » informe Céline Touati, naturopathe.

La canneberge ou cranberry a une efficacité reconnue en prévention des cystites récidivantes. Celles-ci sont dues à  la bactérie E.coli qui a la propriété de s’accrocher à la muqueuse de la vessie. La canneberge contient des proanthocyanidines (PAC) qui empêchent la fixation de cette bactérie sur les parois de la vessie. La dose doit être de 36mg de PAC : 20 à 50g de fruits frais ou 300 à 400mg d’extrait standardisé. « Attention : le jus de canneberge en bouteille est un pur produit marketing : les industriels y ajoutent beaucoup de sucre car le goût naturel de la canneberge est très astringent et un peu amer, or le sucre favorise les infections urinaires ! » prévient Céline Touati. Posologie pour la canneberge sous forme de gélule : une dose de canneberge matin et soir, juste avant le repas ou deux heures après. Il est conseillé de faire une cure de un ou deux mois, qui peut être renouvelée.

Il existe peu de contre-indication à la prise de canneberge. Elle doit cependant être utilisée avec prudence chez les personnes souffrant de lithiase rénale du fait de sa forte teneur en oxalates. La prudence est aussi de mise en cas de traitement anticoagulant. La canneberge peut être associée à d’autres plantes pour une meilleure efficacité, notamment le pissenlit, diurétique, la busserole diurétique et antiseptique urinaire ou bien encore l’hibiscus, diurétique antiseptique.

« Autre produit intéressant en prévention des cystites, le D-Mannose, un sucre simple qui va piéger les bactéries E-coli et que l’on trouve en relativement grandes quantités dans les pêches, les pommes, les oranges et certaines baies telles que les myrtilles et la canneberge » indique la naturopathe Céline Touati. Anne-Sophie Glover-Bondeau Sources : Wallart A (2010), La canneberge d’Amérique et son action sur les cystites récidivantes, thèse pharmacie, Lille Jepson RG, Craig JC. Cranberries for preventing urinary tract infections. Cochrane Database Syst Rev 2008:CD001321 Kranjčec B, Papeš D, Altarac S. D-mannose powder for prophylaxis of recurrent urinary tract infections in women: a randomized clinical trial, World J Urol. 2014 Feb;32(1):79-84. doi: 10.1007/s00345-013-1091-6. Epub 2013 Apr 30.

Notre produit : Confort Urinaire (Urinary Comfort) est une formule élaborée à partir des 3 actifs les plus puissants pour lutter contre les infections urinaires, réunis dans 1 seul complément alimentaire. L’extrait de Canneberge, le D-Mannose et la feuille de Pissenlit agissent à la fois sur les symptômes de la cystite aiguë ou chronique, de l’urétrite ou de la prostatite, mais contribuent aussi à limiter la prolifération des germes infectieux et à empêcher leur ascension jusqu’à la vessie ou aux reins. *http://www.naturopathe-courbevoie.com/

Spray Sommeil
Urinary Comfort – lutter contre les infections urinaires
Infections urinaires : comment les prévenir?
Notez cet article

Ecrit par

Aucun commentaires.

Laisser un commentaire

Message