Intolérance au Lactose : Est-ce la norme aujourd’hui ?

Qu’est ce que le Lactose scientifiquement ?

Principal sucre du lait, le lactose correspond à un disaccharide constitué de deux molécules de sucres : le galactose et le glucose. C’est au niveau de l’intestin grêle que le lactose est assimilé et digéré grâce à une enzyme digestive appelée Lactase.

Le lactose, sucre principal du lait :

Le lait des mammifères en contient une importante quantité : lait de vache, lait de chèvre, lait de brebis, lait de jument, lait maternel humain. Il ne se retrouve pas uniquement dans le lait pur mais aussi dans les produits laitiers dérivés : fromage, crème fraiche, petit-lait, boissons lactées !

ATTENTION !

Le lactose se retrouve aussi très fréquemment dans les aliments industriels au sein desquels la présence de lait n’est même pas soupçonnée par les consommateurs. C’est le cas des gâteaux, des pâtes à tartiner, des soupes, des sauces et surtout des mélanges d’épices ! Il est utilisé par les industriels comme additif alimentaire pour son effet de stabilisation, d’émulsion et de fixation des arômes

Le lactose est également présent dans les médicaments car son action permet le transport des agents actifs dans le corps.

L’origine du problème :

L’intolérance au lactose est liée à l’hypolactasie c’est-à-dire que l’organisme produit trop peu de lactase. En raison de ce manque d’enzyme, le lactose n’est pas suffisamment divisé et décomposé. Ainsi, non digéré, il va atteindre le gros intestin ou il sera métabolisé par les bactéries résidentes et ce sont ces produits métaboliques qui vont être à l’origine des gaz et de tous les symptômes et désagréments liés à l’intolérance au lactose.

On distingue 3 cas de figure :

  • Le manque inné de lactase appelé « déficience congénitale en lactase » présent dès la naissance. C’est une forme extrêmement rare liée à un manque d’enzyme dès la naissance dans l’intestin grêle.
  • Le manque de lactase primaire qui arrive en grandissant. Le nouveau-né dispose d’un taux maximal de lactase qui diminue avec le temps. C’est la forme la plus répandue dans le monde.
  • Le manque de lactase secondaire : lié à des pathologies de l’intestin, un côlon irritable, à l’absorption de substances chimiques et d’antibiotiques, des traitements de radiothérapie ou encore l’alcoolisme. Cette intolérance peut être passagère

Le Diagnostic :

Les médecins disposent de plusieurs méthodes et outils pour diagnostiquer l’intolérance au lactose :

  • Le test d’exhalation H2 : En cas de mauvaise absorption du lactose, sa décomposition bactérienne génère de l’hydrogène qui est en bonne partie dissout dans le sang et transporté dans les poumons. Il est don c possible de quantifier une absorption insuffisante de lactose grâce à l’air expiré
  • Le test de résorption du Lactose : Mesure la concentration de glucose dans le sang après administration de lactose. En cas d’activité normale de la lactase, le taux de sucre sanguin augmente de plus de 20mg/dl, par rapport à sa valeur initiale. Une augmentation plus faible indique un déficit en lactase.
  • Le test génétique : Tout récemment, un test génétique a été développé sur la base d’une mutation du gène de la lactase. Il détermine la prévalence de la déficience en lactase mais ne permet pas de déceler l’intolérance

Quels sont les symptômes ?

  • L’intolérance au lactose peut provoquer de nombreux maux qui apparaissent entre 30 minutes et deux heures après l’ingestion, mais également d’autres troubles moins spécifiques qui n’auront pas tendance à être associés au lactose et pourtant
  • Problèmes de digestion : Maux de ventres, crampes, ventre qui « gargouille », flatulences, ballonnements, diarrhées, selles molles, éructation, nausées, vomissements (surtout chez les enfants), constipation.
  • Les autres troubles : Fatigue permanente, abattement, épuisement, tension, anxiété, nervosité, troubles du sommeil, difficultés de concentration, maux de tête récurrents, vertiges, peau grasse à tendance acnéique
  • L’apparition et l’ampleur des symptômes dépendent de chacun, en fonction du seuil de tolérance au lactose, de la quantité de lactose ingéré, du temps de transit dans l’intestin grêle, de la prédisposition individuelle à l’intolérance, de l’état de la flore intestinale et de l’état général physique et psychique

Les Solutions :

Il est nécessaire d’adapter son alimentation certes, mais cela n’est pas évident car il ne faudrait pas se retrouver carencé et privé des nutriments essentiels qu’apportent les produits laitiers, comme le calcium, essentiel en période de croissance et pour la consolidation osseuse chez l’adulte.

Supprimer toute source de lactose n’est pas évident, une autre solution consiste à corriger la quantité de lactase déficitaire par un apport de lactase sous forme de supplément nutritionnel. L’idéal est de la consommer 20 minutes avant le repas « à risque » ce qui permet d’aider voir de digérer totalement le lactose en fonction du degré d’intolérance. Certaines personnes ont recourt à l’apport de lactase en gélule quotidiennement, d’autres, uniquement lors d’un repas à l’extérieur, au restaurant ou autre, car il n’est pas toujours aisé de l’éviter. L’objectif étant de vivre normalement et de pouvoir apprécier les plaisirs de manger et la bonne cuisine !

Cyrielle K. Votre Docteur en Pharmacie NutriLife

Biopérine
Lactose tolerance
Detail
Intolérance au Lactose : Est-ce la norme aujourd’hui ?
2.7 (53.33%) 6 votes

Ecrit par

Un commentaire to “Intolérance au Lactose : Est-ce la norme aujourd’hui ?”

  1. Remy Genoud dit :

    ce qui permet d’aider voirE de digérer totalement

Laisser un commentaire

Message