La lithiase urinaire (calculs urinaires)

Lithiase urinaire

La lithiase urinaire est le terme médical pour parler des calculs urinaires. Ceux-ci sont fréquents. Quels sont les symptômes et les causes de la lithiase urinaire? Quels sont les traitements? Zoom sur les calculs urinaires et leur prise en charge.

La lithiase urinaire, maladie fréquente

La lithiase urinaire désigne la présence dans l’appareil urinaire (reins, vessie, uretère) de petites pierres formées par l’agglomération anormale de matières présentes normalement dans l’organisme ou produites par des bactéries. On estime que la lithiase urinaire concerne entre 8 et 10% de la population : 13,5% des hommes et 7,6% des femmes. Cette maladie est favorisée par une alimentation déséquilibrée, d’autres pathologies comme le diabète ou le syndrome métabolique. Tous ces facteurs étant en augmentation, la fréquence de la lithiase urinaire est également en augmentation. Les calculs se forment majoritairement dans les reins. Les symptômes possibles? Présence de sang dans les urines (hématurie), infections urinaires, douleurs lombaires, coliques néphrétiques. Dans bien des cas, les calculs demeurent asymptomatiques (pas de symptômes) et sont découverts de manière fortuite. Il existe plusieurs familles de calculs urinaires: la première famille est celle des calculs d’oxalate de calcium qui représente 70 à 80% des calculs – dans 30 à 60% des cas, l’oxalate domine- la deuxième est celle des calculs d’acide urique (10 à 15% des calculs). La troisième famille représente les calculs de struvite d’origine infectieuse (5 à 8% des calculs). La quatrième famille de calculs est celle liée à une maladie génétique héréditaire, la cystinurie qui représente environ 1% des calculs et touche 10 000 personnes en France.

Lithiase urinaire : diagnostic

Le diagnostic de la lithiase repose sur l’interrogatoire du patient, l’examen clinique, un bilan sanguin ( dosage de la créatinine pour évaluer la fonction rénale, du calcium pour dépister d’éventuelles fuites du calcium osseux ou adapter le régime et recherche de glycémie pour dépister un éventuel diabète) et un bilan urinaire ( évaluation du volume des urines, recherche dans les urines recueillies pendant 24h de créatinine, calcium, acide urique, sodium, urée) ainsi que sur des examens d’imagerie: radiographie/et ou échographie du rein qui permettent d’évaluer la localisation, la taille, voire la nature des calculs. Ce bilan permet de déterminer la nature et la taille des calculs, ce qui conditionne la prise en charge diététique, voire médicale ou chirurgicale, d’évaluer la fonction rénale pour voir si celle-ci est affectée par la lithiase et aussi de rechercher la présence de pathologies favorisant la lithiase: diabète, syndrome métabolique…

Lithiase urinaire: les traitements

Les calculs de moins de 6mm peuvent s’éliminer spontanément dans les urines. 70% des calculs urinaires sont ainsi éliminés naturellement. Ces calculs seront donc juste surveillés. L’Association Française d’Urologie recommande également une surveillance annuelle des calculs de plus de 6mm. En fonction de leur évolution, des symptômes, de l’évaluation du risque de coliques néphrétiques, on peut envisager de les retirer. L’essentiel de la prise en charge de la lithiase urinaire repose sur la diététique. En complément de celle-ci, il est possible de prescrire des traitements selon le type de calculs.

Traitements diététiques et médicamenteux pour les différentes familles de calculs:

– Calculs d’oxalate de calcium: pour les calculs dans lesquels l’oxalate domine, il faut limiter voire supprimer les aliments riches en oxalates (noix, chocolat, thé, café lyophilisé, betterave rouge, oseille, persil, épinards et rhubarbe).
Pour les calculs riches en calcium, il faut veiller à ne pas consommer plus de 3 produits laitiers par jour et à ne pas consommer trop de sel et de protéines animales. Il faut boire 2 à 3 litres d’eau par jour afin d’augmenter le volume et le PH des urines, ce qui permet de limiter les phénomènes de cristallisation.
Pour les calculs d’oxalate de calcium dus à des fuites de calcium osseux il peut être prescrit des diurétiques thiazidiques pour diminuer le calcium présent dans les urines afin de limiter la formation de calculs.

-Calculs d’acide urique: ces calculs sont favorisés par une consommation excessive de protéines ou de charcuterie, et surtout à une surconsommation de fructose (notamment sodas). Les mesures diététiques consistent à revenir à une consommation modérée de ces aliments. Là-encore, il faut aussi boire 2 à 3 litres d’eau par jour.
Pour les calculs d’acide urique, le traitement du syndrome métabolique ou des excès d’acide urique peuvent être utiles.

– Les personnes qui souffrent de cystunirie doivent boire 3 à 3,5 l d’eau par jour. Il est recommandé de supprimer les boissons acides, comme le coca et de privilégier des eaux riches en bicarbonates. Il faut également éviter les aliments riches en méthionine ( précurseur de la cystine): parmesan, œufs, fromage à pâte cuite, viande de cheval. Attention aussi à ne pas consommer trop de protéines et de sel.

Le traitement des calculs de struvite associe lui chirurgie pour retirer les calculs et traitement antibiotique pendant plusieurs semaines.

Apolline Giraudet

Source: congrès AFU 2012

Nos produits pour prévenir les calculs rénaux :

Potassium – soie de maïs. La soie de maïs a un effet préventif sur l’apparition des calculs rénaux et urinaires. Elle réduit considérablement la concentration des molécules provoquant les calculs rénaux (oxalate de sodium). La soie de maïs calme aussi les douleurs causées par les calculs déjà en formation.Potassium en complément alimentaire

Une sélection de plantes diurétiques et drainantes prévient la formation des calculs rénaux, aseptise et purifie les reins…tout en vous faisant perdre du poids.

La lithiase urinaire (calculs urinaires)
Notez cet article

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.