L’équilibre acido-basique : Un équilibre à respecter !

Comment rétablir son équilibre acido-basique

Nous vivons dans un équilibre biochimique très délicat, vital pour notre organisme. Certains liquides de notre corps sont acides (suc gastrique, secrétions vaginales) d’autres sont légèrement basiques (salive, sang, lymphe). Une simple rupture de cet équilibre, un déséquilibre acido-basique dit-on, peut être à l’origine de nombreuses maladies. Or, tout ce que nous mangeons…. Tout ce que nous buvons… Tout ce que nous inspirons… Et même, tout ce que nous pensons… penche la balance vers l’acidification !

Le travail coordonné de nos poumons, de nos reins, de nos intestins et même de notre peau est essentiel pour neutraliser les attaques acides. Mais lorsque cette acidité devient chronique, notre organisme fait appel à ses réserves basiques (alcalines) : les muscles, les dents et surtout les os. Stimulant l’activité des ostéoclastes (cellules qui détruisent les os), notre corps puise alors des minéraux alcalins (notamment le calcium et le magnésium) dans sa matrice osseuse. On comprend donc qu’après des années d’excès d’acidité, nos os se fragilisent et que l’ostéoporose et les caries dentaires frappent à la porte.

Prédateurs des tissus osseux, les acides entravent l’oxygénation de notre organisme. Nos globules rouges s’aplatissent, notre sang coule de plus en plus lentement et l’oxygène a de la peine à approvisionner nos organes et nos tissus. Nos cellules étouffent sous les déchets acides, notre teint devient jaunâtre et nous nous essoufflons au moindre effort.

Une accumulation massive d’acides que notre corps ne sait plus gérer, affaiblit notre immunité. Elle crée un environnement propice à la prolifération des microbes et diminue la résistance aux attaques des radicaux libres qui accélèrent le vieillissement.

L’acidose perturbe le bon fonctionnement des enzymes nécessaires à la production de neurotransmetteurs et d’hormones. Notre activité intellectuelle ralentit et nous ne ressentons plus le désir à toute occasion. L’excès d’acidité s’accompagne de brûlures d’estomac, de mauvaise haleine matinale, de digestion paresseuse, de douleurs musculaires, d’urines fortes en odeur et de calculs rénaux. Il n’est toutefois jamais trop tard pour agir, même lorsque des symptômes liés à un déséquilibre acido-basique se manifestent.

Êtes-vous «acide» ou «basique» ? Faites le test !

Il vous suffit de vous procurer en pharmacie une boîte des bandelettes de papier réactif appelée «test du pH». Prenez un papier réactif et lors de la miction, mettez-le pendant une seconde dans le jet urinaire. Approchez la bandelette colorée à côté de l’échelle colorimétrique et vous trouverez la valeur du pH de votre urine. Une mesure du pH urinaire n’est pas suffisante pour tirer des conclusions définitives. Répétez le test le matin (sur la deuxième urine), puis le midi (avant le repas) et le soir (avant le repas) quatre à cinq jours de suite. Calculez la moyenne. Votre urine doit avoir un pH compris entre 7 et 7.5. Un pH en-dessous de 6, 2 suspecte une surcharge d’acidité dans le corps. Un pH supérieur à 7,5 témoigne le terrain alcalin.

Comment rétablir son équilibre acido-basique ?

Privilégiez les aliments alcalinisants (jus de pomme de terre, légumes verts crus, fruits secs, épices, fines herbes) et réduisez la place faite aux aliments acidifiants comme les viandes, les céréales et les sucreries.

Inspirez et surtout expirez profondément. Lors de chaque expiration, les poumons débarrassent de la charge acide en éliminant du gaz carbonique.

Détendez-vous. Le calme favorise la respiration profonde. Ayez une activité physique régulière qui stimule l’oxygénation et aide à gérer le stress.

Buvez suffisamment. L’eau est la seule boisson indispensable à l’élimination d’acidité de l’organisme.

Optez pour les suppléments nutritionnels riches en calcium, en magnésium et en potassium. Le calcium est non seulement primordial pour la densité osseuse, mais il joue également un rôle important dans la régulation de la pression artérielle, des fonctions nerveuses et de la coagulation sanguine. La poudre de corail issue des océans est une très bonne source naturelle bio-dégradable de calcium. Le magnésium est le minéral antistress le plus important, il prévient les calculs rénaux et les maladies artérielles, il détend et apaise les crampes. Le potassium aide à neutraliser l’excès d’acidité dans l’organisme et contribue à freiner la formation des calculs rénaux/urinaires.

Les sels minéraux alcalins, «tampons» dit-on, se comportent comme de véritables éponges absorbant les acides en excès. La dolomite et l’hydroxyapatite micro-cristalline, sédiments de mers anciennes, sont les sources 100% naturelles de sels minéraux alcalins. Faites attention cependant au bicarbonate de soude qui se transforme en chlorure de sodium au contact de l’acide chlorhydrique de l’estomac. Le chlorure de sodium peut augmenter la tension artérielle et nuit à la santé de la muqueuse stomacale.

Nous vous conseillons :
Potassium
– Aide à restaurer l’équilibre acido-basique! Complément alimentaire Potassium

Magnesium Asporotate – Équilibre calcique. Vital à la santé des os.

L’équilibre acido-basique : Un équilibre à respecter !
Notez cet article

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.