Les bienfaits des fruits oléagineux

fruits oléagineux I

Le saviez-vous ? Les amateurs de fruits oléagineux sont généralement plus maigres, plus sportifs, moins susceptibles de fumer, de souffrir de diabète de type 2 et de maladies cardio-vasculaires que le reste de la population. Ils présentent un taux de mortalité inférieur de 20%, toutes causes de décès confondues (1). La consommation de fruits oléagineux présente de multiples avantages pour la santé à condition…  de ne pas en abuser et de les utiliser à bon escient ! Explications.

Les noix de Grenoble

constituent une excellente source d’oméga-3, acides gras essentiels que l’on trouve habituellement dans les poissons des mers froides. Ils sont également riches en polyphénols, vitamine E, zinc, sélénium, fibres diététiques et phytostérols. Ces-derniers contribuent à réduire le taux de mauvais cholestérol, tout en améliorant la fonction endothéliale (capacité des artères à se dilater et à se contracter). Loin des préjugés, les noix de Grenoble ne font pas grossir, tout au contraire, ils permettent une meilleure maîtrise de la faim et donc, des calories absorbées. De plus, ils renferment une quantité non-négligeable de mélatonine. Appelée hormone du sommeil, la mélatonine favorise l’endormissement et réduit le nombre de réveils nocturnes.

Posologie : consommer une poignée (12-14 noix) sous forme d’en-cas au moins deux fois par semaine

Les noix de Macadamia

sont exceptionnellement riches en oméga-7, plus précisément, en acide palmitoléique. L’acide palmitoléique aide les muscles, le foie et les tissus graisseux à mieux utiliser le glucose. Pour cela, il augmente la sensibilité des cellules à l’insuline, hormone régulatrice du sucre sanguin. Le pancréas produit alors moins d’insuline pour abaisser la glycémie. Moins d’insuline en circulation sanguine signifie une capacité accrue du corps à déstocker les graisses logées sur les hanches, les cuisses et les poignées d’amour. D’autre part, l’acide palmitoléique aide à restaurer la barrière hydrolipidique qui protège la peau des agressions  quotidiennes (eau salée, froid, chaleur, vent, climatisation, etc.). Il s’agit également d’une aide précieuse aux problèmes de la sécheresse vaginale.

Posologie : consommer une demi-poignée (8-10 noix) par jour, de préférence le soir

Les noix du Brésil

sont largement pourvus en sélénium, puissant antioxydant dont l’organisme a besoin pour lutter contre le vieillissement. Un apport régulier en cet oligo-élément contribue à réduire le risque d’apparition du cancer de la prostate (2) et des polypes précancéreux du côlon (3). De plus, le sélénium est indispensable au bon fonctionnement de la thyroïde. Il permet de traiter l’asthme (4) et de réguler la sécrétion des glandes sébacées du cuir chevelu. Le sélénium améliore la motilité des spermatozoïdes (5), amplifiant considérablement les chances d’une fécondation réussite.

Posologie : consommer de 3 à 5 noix quotidiennement, ne pas dépasser 5 noix par jour

Les noyaux d’abricots, d’amandes amères, de prunes, de cerises et de pêches

renferment une concentration impressionnante en amygdaline. Appelé  « laetrile » ou « vitamine B17 », le dérivé d’amygdaline prétend améliorer l’état des patients souffrant d’un cancer. La transformation enzymatique du laetrile dans l’organisme génère une grande quantité de cyanure lequel est censé avoir de fortes propriétés anticancéreuses. Cependant, le cyanure, qui est un poison particulièrement violant, détruit les cellules cancéreuses sans préserver les cellules saines. Il existe donc un risque considérable d’effets indésirables graves dus à l’empoisonnement au laetrile tels que nausées, vomissements, vertiges, coloration bleuâtre de la peau, difficultés à marcher, confusion mentale voire coma (6). Le rapport bénéfices/risques du laetrile est donc largement négatif !

Posologie : consommer 1-2 noyau d’abricots en mâchant bien, ne pas dépasser 2 noyaux par jour


Références scientifiques: 
1. Bao Y, et al. Association of Nut Consumption with Total and Cause-Specific Mortality. N Engl J Med 2013; 369:2001-2011 November 21, 2013.
2. Clark LC, et al. Decreased incidence of prostate cancer with selenium supplementation: results of a double-blind cancer prevention trial. Br J Urol. 1998; 81(5):730–34.
3. Reid ME, et al. Selenium supplementation and colorectal adenomas: an analysis of the nutritional prevention of cancer trial. Int J Cancer. 2006; 118(7):1777–8.
4. Norton RL, et al.  Selenium and asthma. Mol Aspects Med. 2012 Feb; 33(1):98-106.
5.  Scott R, et al. The effect of oral selenium supplementation on human sperm motility. Br J Urol. 1998; 82(1):76–80.
6. Milazzo S, et al. Laetrile treatment for cancer. Cochrane Database Syst Rev. 2011 Nov 9;(11): CD005476.

Omega 7
Omega 7Des Acides Gras contre lessucres et les gras
Les bienfaits des fruits oléagineux
Notez cet article

6 Comments

    • Il y a encore:
      noix de pécan,
      pistaches,
      noix du Queensland,
      pignons de pin,
      noix de coco,
      arachides
      Le monde des fruits à coque est immense ! To be continued !

  1. Bonjour, Merci pour cet article particulièrement instructif.. Concernant les amandes, j’avais lu qu’en les faisant tremper durant 3 jours (avec changement d’eau quotidien), cela éliminait le cyanure.. ? Qu’en est-il ? Merci de votre réponse !

    • Le cyanure à l’état pur est hydrosoluble : c’est à dire qu’il peut être dissout dans l’eau. En théorie, tremper les amandes une douzaine d’heures, dans de l’eau chlorée du robinet (la destruction de cyanure par chloration constitue la méthode la plus pratique) peut être utile.

  2. Bonjour. Concernant le cyanure dans les amandes d’abricot C ok pour l’amande amère mais l’amande d’abricot doux?? Merci de votre reponse

    • Il existe deux variétés d’amandes : l’amande amère (Prunus amygdalus) et l’amande douce (Prunus dulcis). Le fruit d’amande amère est plus petit que celui d’amande douce. Son noyau est riche en amygdaline, un glycoside cyanogène extrêmement toxique. Dix noyaux d’amande amère peuvent entraîner des troubles sérieux (une baisse de la tension, un pouls rapide et des sueurs froides). L’ingestion d’une cinquantaine de noyaux d’amande amère peut être fatale.
      Les noyaux de pêche, d’abricot, de cerise et même les pépins de pomme, tous sont plus ou moins toxiques. Mais ils présentent moins de risque d’effets indésirables pour la santé causés par le cyanure, car ils ne contiennent qu’une faible concentration d’amygdaline.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.