Les incroyables vertus de la levure médicinale

L’histoire des bienfaits de la levure de riz rouge remonte à plusieurs millénaires. Dans un passé lointain, notamment en Chine Médiévale, on lui attribuait entre autres de favoriser une bonne digestion et de fluidifier le sang. A la lumière de récentes recherches le rôle de ce champignon microscopique s’est précisé. Cette levure médicinale s’avère être un puissant ennemie du « mauvais » cholestérol et un agent anticancéreux prometteur.

Les vertus de la levure de riz rouge

Une consommation régulière de levure de riz rouge pendant 16 semaines réduit de 23% le taux de LDL-cholestérol et de 15,5% le niveau de cholestérol total.
Bogsrud MP, Ose L, Langslet G, Ottestad I, Strøm EC, Hagve TA, Retterstøl K. HypoCol (red yeast rice) lowers plasma cholesterol – a randomized placebo controlled study. Scand Cardiovasc J. 2010 Aug ;44(4):197-200.

La levure de riz rouge s’avère efficace chez des patients intolérants aux statines et pourrait constituer une véritable alternative lorsque les hypocholestérimiants classiques ne peuvent pas être utilisés.
Venero CV, Venero JV, Wortham DC, Thompson PD. Lipid-lowering efficacy of red yeast rice in a population intolerant to statins. Am J Cardiol. 2010 Mar 1;105(5):664-6.

La prise conjointe de levure de riz rouge (600 mg/jour) et de nattokinase (enzyme fibrinolytique) (200 mg/jour) permettrait de réduire de 41% le taux de LDL-cholestérol.
Yang NC, Chou CW, Chen CY, Hwang KL, Yang YC. Combined nattokinase with red yeast rice but not nattokinase alone has potent effects on blood lipids in human subjects with hyperlipidemia. Asia Pac J Clin Nutr. 2009;18(3):310-7.

La prise régulière de la levure de riz rouge (600mg/jour) permettrait de réduire de 30% le risque de récidive chez les personnes ayant été victimes d’un infarctus du myocarde.
Lu Z, Kou W, et al, Effect of xuezhikang, an extract from red yeast chinese rice, on coronary events in a chinese population with previous myocardial infarction, Am J Cardiol, 15 juin2008, vol. 101, no 12, 1689-93.

Ces articles peuvent vous intéresser :

Red Yeast Rice (la levure de riz rouge) Réduit le taux de cholestérol naturellement. Efficace chez les patients intolérants aux statines.

.

Les incroyables vertus de la levure médicinale
Notez cet article

6 Comments

  1. Des questions : je croyais que l’enfant fabriquait son capital d’adipocytes jusqu’à l’âge de 2 ans , ce qui déterminerait le fait qu’il devienne obèse ou reste mince. L’expérience a mis le doute en moi. Qu’en pensez-vous ?
    Les levures peuvent être trouvées dans l’alimentation ex. la bière, le pain (mais il y a de l’amidon). (Interdiction de la pâte levée dans la religion juive).
    Rôle prépondérant des champignons. Le pénicillium se trouve fréquemment dans l’alimentation (ex. Pénicillium roqueforti du roquefort). Le pain ! les mères connaissaient le moyen empirique de soigner les angines et petites infections avec de la mie de pain « fermentée » dans les maies.
    Qu’en pensez-vous ?.
    Le silicium végétal ? question : la silice est un minéral. Comment s’explique la transformation en végétal ?

    • Bonjour Lucie,

      Il est généralement admis que le nombre de cellules graisseuses (adipocytes) augmente jusqu’à l’âge de 14-15 ans, puis reste constant. Malheureusement c’est faux. Nos cellules graisseuses peuvent se multiplier tout au long de notre vie. Lorsqu’un adipocyte se sature et ne peut plus stocker de graisses, il déclenche la fabrication d’une nouvelle cellule de stockage (pré-adipocyte). Appelé « hyperplasie adipocytaire », ce processus est irréversible et peut multiplier par dix, voire plus, la quantité de cellules graisseuses. Sachez que certaines molécules bio-actives agissent sur les mécanismes de la différentiation et de la maturation des adipocytes et pourraient donc stopper l’expansion des tissus adipeux.

      Les levures, les champignons et les bactéries jouent un rôle important dans l’apparition et surtout, dans l’évolution de l’obésité. Chez des individus de formes généreuses l’équilibre de la flore intestinale est rompu : y prédominent les bactéries visant à extraire davantage de calories du bol alimentaire. En assimilant involontairement plus d’acides gras et plus de sucres qu’une consœur svelte, une personne plantureuse fait encore plus de réserves et prend encore plus de poids. On y ajoute des germes intestinaux particuliers dont les secrétions (endocannabinoïdes) stimulent l’appétit : d’où la sensation permanente de faim et les compulsions alimentaires ! Les obèses hébergent davantage de mauvaises bactéries (p.ex. streptocoques, entérocoques, clostridium) qui attaquent la muqueuse intestinale, la rendant perméable et moins opérante.

      Chez les hôtes minces, selon les dires des chercheurs, les bactéries sont capables d’activer l’expression de gènes spécifiques et de réduire ainsi le stockage des graisses. Elles contribuent également à produire plus d’hormones intestinales satiétogènes (p.ex. entéroglucagon et peptide YY) apaisant rapidement la sensation de faim.

      La levure de bière active dite « vivante » (Saccharomyces boulardii) est très utilisée pour sa richesse en vitamines du groupe B. Mais il est également vrai qu’elle agit comme un probiotique important qui rétablit l’équilibre de la flore intestinale. En ce qui concerne le Penicillium roqueforti, ce champignon est connu pour ses capacités antibiotiques extraordinaires qui permettent de diminuer, voire de stopper la croissance de certaines bactéries pathogènes.

      Le silicium est un élément chimique du tableau périodique de Mendeleef. Il n’existe pas à l’état libre, mais sous forme des composés : le dioxyde de silicium (SiO2), la silice (sable, quartz, cristobalite, etc.) et les silicates (feldspaths, kaolinite). On parle de « silicium organique » dans le cas où l’on « ajoute » un atome de carbone à sa molécule, ce qui la fait « reconnaître » et assimiler plus facilement par l’organisme.

      Les tiges, les feuilles, les racines des plantes (prêle des camps, bambou, ortie) ainsi que la coque siliceuse de certaines algues (diatomées) ou l’enveloppe de divers grains (riz, avoine) renferment naturellement de 3 % à 16 % d’acide ortho-silicique, forme « végétale » de silicium. Une fois extraite, elles est stabilisée par des polyols (glycérol ou polysaccharides) et considérée ainsi comme l’une des formes les plus adaptées à des objectifs thérapeutiques.

      Bonne journée,

      Irina

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.