L’intérêt des Oméga 3 dans l’alimentation

Favoriser certains acides gras bénéfiques, en particulier les oméga-3, dans notre alimentation ou en se supplémentant, contribue à un bon équilibre alimentaire et peut participer à la prévention de certaines pathologies.

Les oméga 3, des acides gras essentiels

Les oméga-3 font partie des acides gras polyinsaturés, comme les oméga-6. Ce sont des constituants essentiels de notre organisme. Ils doivent être apportés par l’alimentation car notre organisme ne les fabrique pas. Les oméga-3 sont représentés par l’acide alpha-linolénique (ALA), par l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahexaénoïque (DHA). Les oméga-3 participent directement ou indirectement au développement et au bon fonctionnement de nombreux organes (cerveau, rétine, système nerveux, cœur…) et à la prévention de pathologies, notamment cardiovasculaires.

Les oméga-3, bons pour la santé!

Des études montrent qu’un apport suffisant en oméga-3 pourrait réduire de près de 50% le risque de maladie d’Alzheimer ou améliorer la structure moléculaire de la rétine, favorisant ainsi la qualité de la vision. D’autres études scientifiques ont permis de voir que la consommation d’oméga-3 avait en outre un effet préventif sur les maladies cardiovasculaires. D’autres travaux, nombreux, ont confirmé l’intérêt cardiovasculaire, en particulier chez les personnes ayant fait un infarctus, celles ayant subi un pontage coronaire et chez les insuffisants cardiaques. Sur le plan cardiovasculaire, les oméga-3 agissent à plusieurs niveaux: ils permettent la réduction de la triglycéridémie, ils agissent sur l’agrégation plaquettaire, l’inflammation, l’élasticité des artères (et donc sur la pression artérielle)… Les actions anti-inflammatoires des oméga-3 laissent à penser que ces derniers pourraient être intéressants pour des pathologies à composante inflammatoire: ostéoporose, maladies intestinales, dermatologiques… Des études sont en cours.

Comment faire le plein d’oméga 3?

Les Français consomment trop d’oméga-6 et pas assez d’oméga-3. Le déficit nutritionnel en ALA dans la population française est très important: la consommation est inférieure à 50% des recommandations. Il faut compenser cette insuffisance de consommation en privilégiant certains aliments. Les sources alimentaires d’ALA sont le pourpier, huiles de noix, de colza et de lin, les margarines élaborées avec de l’huile de colza en grande partie. On trouve le DHA et l’EPA dans les poissons gras (saumon, sardine, hareng, maquereau). Le rapport oméga-3 sur oméga-6 devrait être égal ou inférieur à 5: pour se rapprocher de ce rapport, il faut consommer des aliments dits équilibrants, dont le rapport est très bas. C’est le cas des huiles de colza, de lin et de noix, et des poissons gras sauvages.

Cependant, ceux qui suivent un régime ne peuvent pas inclure ces aliments en quantité suffisante dans leur alimentation. D’autre part, les huiles riches en oméga-3 sont très fragiles – elles rancissent facilement lorsqu’elles sont exposées à l’oxygène et à la lumière) et ne supportent pas la cuisson. En outre, les poissons gras peuvent contenir des toxiques. Pour ces raisons, la bonne solution pour un apport correct en oméga 3, ce sont les compléments alimentaires! Prenez par exemple des compléments d’huile de lin, principale source d’oméga 3 végétaux. Elle contient 6 fois plus d’oméga-3 que l’huile de colza. Favorisez les huiles de poisson pour faire le plein de DHA et EPA car les oméga 3 naturels sont mieux absorbés par notre organisme.

Nos compléments alimentaires pour faire le plein d’oméga-3:

Huile de lin: L’huile de lin jouit d’un profil sain d’acides gras, avec des teneurs faibles (environ 9 %) d’acides gras saturés (oméga-9), des teneurs modérées (18 %) d’acides gras monoinsaturés (oméga-6) et de hautes concentrations (73 %) d’acides gras polyinsaturés (oméga-3). Elle contient deux fois plus d’oméga-3 que les huiles de poisson et six fois plus que l’huile de colza. 1 à 3 capsules par jour

Oméga 3 6 9: Les acides gras essentiels (oméga 3-6-9) sont nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme qui malheureusement ne peut les fabriquer lui-même. Nous devons donc les puiser dans les aliments ou des compléments.Pour ne manquer d’aucun groupe d’acides gras, nous vous proposons une gélule qui vous apporte les oméga 3-6-9 nécessaires! 2 gélules 1 à 3 fois par jour

DHA vegetarian: un complément en DHA végétarien/végétalien. Toutes les graisses ne se valent pas, loin de là ! Acide gras essentiel de la famille des oméga-3, le DHA n’est fabriqué par l’organisme qu’en quantités extrêmement faibles. Il est indispensable pour stimuler la croissance de nouvelles cellules nerveuses, au bon fonctionnement des tissus de l’œil en plus de prévenir l’apparition des maladies cardio-vasculaires. 2 capsules 2 à 3 fois par jour avec les repas

Oméga 3 Fish oil: un supplément à base d’huiles de poisson pour faire le plein de DHA et d’EPA. 1 capsule 2 fois par jour avec les repas.

Huile de Krill: L’huile de krill est fort appréciée pour sa teneur en oméga 3 (EPA et DHA) aux vertus cardioprotectrices reconnues depuis de nombreuses années. Par ailleurs, elle fournit des oméga- 3 sous forme de phospholipides, la source la plus souhaitable pour le corps.

Apolline Giraudet

Source: Symposium Les acides gras au cœur du débat, Faculté de médecine de Nancy, juin 2013

L’intérêt des Oméga 3 dans l’alimentation
Notez cet article

Ecrit par

4 commentaires to “L’intérêt des Oméga 3 dans l’alimentation”

  1. Racary Michèle dit :

    Bonjour,

    Peut on associer ces cinq compléments alimentaires tous les jours
    ?

    Combien de temps doit durer cette cure ? et est-elle bonne à renouveler tous les six mois ? ou une fois par an ?

    Merci par avance

    • Irina dit :

      La dose utilisée dans les études cliniques les plus récentes varie de 1,0 à 1,5 g voire 2 g d’oméga-3 par jour. Il faut à peu près trois mois (12 semaines) pour pallier une déficience en acides gras oméga-3. Chaque cure est suivie d’une pause de 4 à 6 semaines.

      Cordialement,

  2. zozo dit :

    Publicité mensongère.
    Premièrement toutes les études sur les omega 3 sont contradictoires dans certaines études le risque cardiaque diminue, dans d’autres ke risque cardiovasculaire et de mort subite augmente (données prescrire).
    Arrêtez de croire en un aliment miracle, dans la santé (comme dans la société) une seule chose à du bon le mélange et la diversité.

    • Irina dit :

      Et pour cause. Selon l’étude publiée le 25 septembre 2013, la prise de 2 g d’oméga-3 pendant 6 semaines n’a aucune influence sur la fonction endothéliale vasomotrice ou l’activation des plaquettes chez les patients atteints de maladie coronarienne. Les avantages conférés aux acides gras oméga-3 dans l’évolution de la maladie coronarienne sont actuellement remis en question. Vous avez raison!

      Din JN, Sarma J, Harding SA, Lyall K, Newby DE, Flapan AD.Effect of omega-3 fatty acid supplementation on endothelial function, endogenous fibrinolysis and platelet activation in patients with a previous myocardial infarction: a randomised controlled trial.BMJ Open. 2013 Sep 25;3(9):e003054. doi: 10.1136/bmjopen-2013-003054.

Laisser un commentaire

Message