Oligo-éléments : les micro-éléments aux macro-effets

Les oligo-éléments sont des micronutriments qui se trouvent dans l’organisme en très petites quantités. Ils ne peuvent être fabriqués par le corps. Les besoins essentiels en oligo-éléments devraient donc être couverts par l’alimentation quotidienne. Or, l’on assiste aujourd’hui à des carences quasi généralisées en ces micronutriments précieux. En cause ? Assiette industrialisée appauvrie, pratique intensive d’un sport, régimes à répétition, stress, abus d’alcool, certaines maladies… A quoi servent les oligo-éléments et, surtout, comment s’en servir ?  Explications.

Quel est le rôle exact des oligo-éléments dans l’organisme ?

Les oligo-éléments sont des coéquipiers des enzymes. Ce sont des accélérateurs (catalyseurs) qui diminuent le temps nécessaire au bon déroulement d’un nombre impressionnant des réactions biochimiques. Or, les réactions biochimiques ne sont jamais isolées : elles s’enchainent « en cascade », chacune avec son oligo-élément catalyseur bien précis. Le fer est, par exemple, indispensable au transport de l’oxygène vers les cellules. Mais il ne peut être absorbé, ni stocké sans le cuivre. L’assimilation intestinale du cuivre dépend, à son tour, du manganèse présent dans l’organisme. Si l’un de ces trois oligo-éléments vient à manquer, c’est tout le processus de la respiration qui s’altère !

Qu’est-ce qu’oligothérapie ?

L’oligothérapie est une méthode mise au point par le Dr Jacques Ménétrier, ancien interne des Hôpitaux de Paris.  Elle est basée sur l’administration d’oligo-éléments bien précis, qui permettent de rééquilibrer le fonctionnement de l’organisme en fonction de son terrain. Il existe quatre grands types de terrains appelés « diathèses ». Le classement d’un patient dans l’une ou l’autre diathèse dépend de son hérédité et son réactivité, ainsi que de son comportement physique et son état psychologique.

Quels sont des principaux oligo-éléments qu’il nous faut ?

L’iode est nécessaire à la production des hormones thyroïdiennes (T3 et T4), qui jouent un rôle primordial dans la régulation du métabolisme de base et de la température corporelle. Elles s’assurent de la bonne consommation énergétique du corps. Sources alimentaires : Algues brunes, huile de foie de morue, coquillages.

Le fer est présent dans l’hémoglobine des globules rouges qui transportent l’oxygène vers les cellules. Cet oligoélément indispensable au bon fonctionnement du système immunitaire et permet ainsi à l’organisme de mieux se défendre contre les infections saisonnières. Sources alimentaires de fer héminique (fer d’origine animale) : Palourdes, foie de porc, boudin, rognions d’agneau. Sources alimentaires de fer non-héminique (fer d’origine végétale) : Son de blé, flocons d’avoine, haricots de soja, tofu, spiruline.

Le chrome favorise la captation du glucose par les muscles et le foie, permettant ainsi une meilleure gestion du sucre sanguin (glycémie). Sources alimentaires : Céréales complètes, levure de bière, germe de blé, brocolis, haricots verts, asperges, noix, pomme de terre, foie de veau, jaune d’œuf.

Le cuivre est impérativement impliqué dans la synthèse de l’hémoglobine (protéine permettant le transport de l’oxygène dans le sang). Il maintient les articulations et les tissus conjonctifs (peau, cartilage, tendons, ligaments) en bonne santé. Sources alimentaires : Fruits de mer, poissons, foie, volailles, oléagineux, ail, brocoli, orange, légumes verts, soja, légumes secs.

Le zinc est essentiel au développement des organes sexuels, au bon fonctionnement de la prostate, à la cicatrisation des plaies cutanées, à la synthèse des protéines et à celle du patrimoine génétique. Sources alimentaires : Huitres, moules, jaune d’œuf, volailles, poissons, céréales complètes, légumes secs, graines de courge.

Le sélénium est un antioxydant puissant. Il joue un rôle important dans le fonctionnement de la thyroïde, la stimulation de l’immunité et la détoxification de l’organisme. Il prévient également l’apparition de certains cancers. Sources alimentaires : Noix du Brésil, fruits de mer, poissons, volailles, champignons, œufs, ail, brocoli, céréales complètes.

Le manganèse est impliqué dans la synthèse des glucides, la reproduction et le fonctionnement du système immunitaire. Il permet de lutter efficacement contre les radicaux libres. Sources alimentaires : Amandes, ananas, fruits secs, noix, céréales complètes, cacao, thé, jaune d’œuf.

Le bore améliore l’absorption intestinale du calcium et réduit ainsi la perte de densité osseuse. Il pourrait prévenir l’ostéoporose et soulager les articulations douloureuses. Sources alimentaires : Avocat, arachides, prunes, raisins, choux, laitue, poireau, céleri.

Le vanadium joue un rôle dans la fonction de la thyroïde, la formation des os et dents, le métabolisme des acides-gras et celui du sucre sanguin. Sources alimentaires : Poivre noir, champignons, fruits de mer, persil.

Le molybdène intervient dans le métabolisme de certains acides aminés soufrés et celui de l’acide urique. Il contribue à la solidité des dents et la croissance harmonieuse des os. Sources alimentaires : Légumes secs, ail, céréales, abats, produits laitiers.

Dans quels cas en prendre ?

Les oligo-éléments sont généralement recommandés dans les cas d’ostéoporose, de spasmophilie, de maladies rhumatismales et dégénératives, de stress, de dépression et d’activité physique intense. Ils peuvent être pris simultanément avec les traitements conventionnels ou alternatifs.

Comment profiter pleinement de leurs bienfaits ?

Il est habituellement recommandé de prendre les oligoéléments à jeun ou avant le repas avec un grand verre d’eau. Ceci permet d’éviter d’éventuelles interférences avec certains composants des aliments et d’améliorer leur absorption au niveau du tube digestif.

Quelles sont les contre-indications ?

Le plus souvent, il n’existe pas de contre-indication, les oligo-éléments sont parfaitement tolérés et bien souvent sans effets secondaires. Cependant, la prise de certains oligo-éléments est déconseillée en cas d’insuffisance rénale, d’hyperthyroïdie, de maladie de Wilson, d’hémochromatose.

Oligo-éléments : les micro-éléments aux macro-effets
Notez cet article

1 Comment

  1. Parmi les algues alimentaires riches en oligo-élements, il y a la spiruline et la chlorella.Comme la spiruline, la Chlorella est riche en vitamines, minéraux et oligo-éléments mais a la différence que celle-ci possède une concentration plus élevée en Chlorophylle (4 fois plus).En effet, si cette algue à le pouvoir de détoxiquer l’organisme des métaux lourds qu’il a stocké, elle a également la propriété d’adsorber (retenir dans sa paroi cellulaire), les métaux lourds et toxine qui entrent en contact avec elle, avant même qu’elle ne soit récoltée. Pour plus d’informations sur les algues alimentaires, cette page est dédiée à ce sujet:http://algue-alimentaire.confort-domicile.com/

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.