Comment soulager la gonarthrose, l’arthrose du genou ?

La gonarthrose est l’arthrose localisée aux genoux. Elle est principalement due à la dégénérescence du cartilage qui perd sa souplesse, son élasticité et sa capacité de glissement. Plusieurs nutriments sont reconnus pour protéger le tissu cartilagineux endommagé au cours du vieillissement, par un traumatisme sportif ou une forte surcharge pondérale. Ces nutriments contribuent à soulager significativement les symptômes de la gonarthrose, avec une réduction de douleur de 25 à 36 % selon les études, et à limiter le recours aux médicaments classiques, voire même à retarder le passage sur la table d’opération. Tour d’horizon.

La glucosamine et la chondroïtine se révèlent aussi efficaces que le célécoxib

La glucosamine et la chondroïtine sont des molécules naturelles, synthétisées par les cellules hautement spécialisées du cartilage, les chondrocytes. Elles sont indispensables à la fluidité des mouvements du genou, permettant aux os (notamment au fémur et au tibia) de se glisser facilement l’un sur l’autre et d’amortir correctement les chocs. En cas de gonarthrose, les chondrocytes s’enflamment, rendant la production de glucosamine et de chondroïtine impossible. La vitesse de destruction du cartilage l’emporte sur la vitesse de régénération de la matrice cartilagineuse. C’est notamment la raison pour laquelle le cartilage couvrant le fémur, le tibia et surtout, la rotule (maillon du système extenseur/fléchisseur du genou) s’amincit et s’use, provoquant des douleurs. Hormis leur action structurelle, contribuant à limiter la destruction du cartilage et à rallonger les délais avant une intervention chirurgicale, la glucosamine et la chondroïtine apaisent l’inflammation. La prise de ces nutriments se révèle aussi efficace que le célécoxib, un puissant médicament de la classe des anti-inflammatoires non stéroïdiens fréquemment utilisé dans le traitement de l’arthrose du genou (1).

Posologie : Prendre 1500 mg de glucosamine et 1200 mg de chondroïtine sur une période de 6 mois

A retenir : Tous les compléments alimentaires à base de glucosamine et de chondroïtine ne se valent pas. Il est important de privilégier les formes de grade pharmaceutique, à ne pas confondre avec les préparations instables vendues dans les supermarchés.

Le pouvoir anti-inflammatoire du curcuma est comparable à celui de l’ibuprofène

Le pouvoir anti-inflammatoire du curcuma dans l’arthrose du genou est comparable à celui de l’ibuprofène, sans aucun effet secondaire ni accoutumance. En inhibant simultanément l’activité des enzymes LOX5 et COX2 qui participent à la synthèse des substances propices à l’inflammation, le curcumin permet de diminuer voire même de supprimer la prise d’antalgiques chimiques toujours plus ou moins agressif à long terme (2).

Posologie : Prendre 600 mg d’extrait standardisé à min 95 % de curcumine pendant 12 semaines

A retenir : Le curcuma possède des propriétés peu exploitables. Il est donc important de privilégier les préparations enrichies en poivre noir, qui porte son assimilation intestinale à 2000 %.

Le boswellia réduit l’enflure et ramène le genou arthrosique à sa fonctionnalité maximale

Le boswellia freine à la fois la production surabondante des médiateurs pro-inflammatoires et la destruction enzymatique des tissus cartilagineux. Dès la première semaine de prise, il réduit l’enflure, tout en améliorant la fonctionnalité du genou (flexion/extension, rotation) (3).

Posologie : Prendre de 300 à 400 mg d’extrait de résine de boswellia standardisé à min 65 % d’acides boswelliques, 2 à 3 fois par jour pendant 4 à 8 semaines.

A retenir : D’autres nutriments, comme le MSM, les oméga-3 ou le silicium sous forme d’acide ortho-silicique stabilisé, partagent leurs propriétés favorables vis-à-vis du cartilage. Associés au boswellia, ils réduisent d’avantage les symptômes de la gonarthrose (4). Enfin, la prise de vitamine D 3 permet de ralentir la destruction du cartilage du genou, de réduire les douleurs et d’augmenter la force musculaire des membres inférieurs (5).

Références : 1. Hochberg MC, et al. Combined chondroitin sulfate and glucosamine for painful knee osteoarthritis: a multicentre, randomised, double-blind, non-inferiority trial versus celecoxib. Ann Rheum Dis. 2016 Jan; 75(1):37-44. 2. Kuptniratsaikul V, et al. Efficacy and safety of Curcuma domestica extracts in patients with knee osteoarthritis. J Altern Complement Med. 2009 Aug; 15(8):891-7. 3. Sengupta K, et al., A double blind, randomized, placebo controlled study of the efficacy and safety of 5-Loxin for treatment of osteoarthritis of the knee. Arthritis Res Ther. 2008; 10(4): R85. 4. Debbi EM, et al. Efficacy of methylsulfonylmethane supplementation on osteoarthritis of the knee: a randomized controlled study. BMC Complement Altern Med. 2011 Jun 27; 11:50. 5. Cao Y, et al. Vitamin D supplementation in the management of knee osteoarthritis: study protocol for a randomized controlled trial. Trials. 2012 Aug 6; 13(1):131.

L-Tryptophane
Anti-inflammatoire naturel : extrait de la membrane de coquille d’oeuf
Comment soulager la gonarthrose, l’arthrose du genou ?
3.3 (65.71%) 7 votes

Ecrit par

3 commentaires to “Comment soulager la gonarthrose, l’arthrose du genou ?”

  1. monsieur desbien dit :

    Bonjour voilà je suis un mr de 61 ans diabétique depuis 17 ans , et souffrant de polyathrite rhumatoide inflammatoire et une gonathrose des deux genoux .Je prends , pour mes genoux du chondro-flex un produit qui marche bien pour l ‘arthrose du genou plus du curcuma et du bosweilla .Hélas la nuit les douleurs sont horrifiantes voires paralisantes , c ‘est atroce mon corps est en souffrance 24/24 ET 7 /7 jours , parfois je pense en finir , on ne peut souffrir a vie .Voilà j ‘ ai tenu a témoigner de mon cas .Cdt .jm

  2. BROCHARD Daniele dit :

    Je ne suis pas docteur, mais je souffre comme vous de gonarthrose. Ma solution a été de me faire opérer d’un genou : Prothèse intégrale. Bien sur c’est douloureux, mais le résultat est formidable. J’envisage de me faire opérer de l’autre. Mais je n’ai pas comme vous de la polyarthrite, et çà c’est autre chose ! Pourtant il existe des anti-douleurs, qui ne suppriment pas tout à fait les douleurs, mais les atténuent bien. Bon courage à vous, et essayer une médecine parallèle, que risquez vous ? Parfois on a des surprises !

  3. claude dit :

    bonjour vous avez étè opéeè ou

Laisser un commentaire

Message