Zoom sur les bouffées de chaleur et sueurs nocturnes

chaleur
chaleur

 

Eteignez le feu, affrontez les tempêtes !

Quelle calamité cette sensation désagréable de sentir son corps en feu …
Quel malaise ce tourbillon de chaleur brûlant le visage …
Jour et nuit, au travail et à la maison… Être trempée… Être frissonnante …

Beaucoup de femmes le savent. Déroutantes et difficiles à supporter, les bouffées de chaleur sont des révélateurs inconfortables et fréquents de la ménopause.

Le mécanisme exact de leur apparition est peu connu. Il s’avère qu’un épuisement des ovaires et donc une diminution de la production d’hormones féminines (notamment des œstrogènes) altère deux centres du cerveau. Ces deux régions cérébrales régulent la motricité des vaisseaux sanguins (centre-vasomoteur) et contrôlent la température du corps (centre de la thermorégulation).

Lorsque le taux d’œstrogènes chute au-dessous d’un certain seuil, les petits vaisseaux sous-cutanés se dilatent, le sang circule plus facilement sous la peau et les rougeurs apparaissent. Les vagues de chaleur submergent spontanément le corps provoquant ainsi la sensation « d’être en feu ». Il s’en suit une sudation abondante qui permet un refroidissement rapide de l’ensemble du corps. La dissipation brutale de la chaleur conduit à des frissons et s’accompagne souvent de palpitations perturbant le sommeil. Bien qu’elles soient associées à la ménopause, les bouffées de chaleur sont également observées chez les femmes jeunes souffrant d’un disfonctionnement des ovaires.

Certaines plantes médicinales apaisent naturellement les bouffées de chaleur et leur « cortège malveillant » associé. De par leur structure très similaire aux œstrogènes (notamment à l’estradiol), les phytoestrogènes agissent de manière équivalente aux hormones féminines. Elles contrebalancent ainsi les désagréments de la ménopause en remplaçant partiellement les hormones déficientes. Les isoflavones de soja et les lignans des graines du lin, deux principaux groupes des phytoestrogènes, permettent de réduire de moitié les bouffés de chaleur et d’apaiser considérablement la transpiration excessive. Les acides gras oméga 3 et le millepertuis soulagent l’anxiété, la dépression et l’irritabilité. Les flavonoïdes d’aubépine calment les palpitations, améliorent le sommeil et modifient positivement les changements d’humeur.

Bouffées de chaleur et ménopause ? Ces articles peuvent vous intéresser :

Omega-3 Flax Oil La source principale d’oméga-3 végétaux.

Sauge BIO Réduit le nombre et l’intensité des bouffées de chaleur liées à la ménopause

Huile de Lin : Souce principale d’oméga-3 végétaux

Zoom sur les bouffées de chaleur et sueurs nocturnes
Notez cet article

2 Comments

  1. pour l’instant ,rien de tout ce qui est proposé , mis a part les THS n’agit efficacement sur les désagréments lorsqu’ils sont virulents comme c’est dans mon cas (surtout perturbateurs du sommeil)
    j’ai expérimenté plus de 10 produits plus prometteurs les uns que les autres si on en croit la pub, sans résultat positif
    le seul effet que j’aie constaté est un amincissement significatif de mon perte monnaie

    • Bonjour, Sylvie

      Mon ambition n’est pas de prescrire des traitements médicamenteux, mais d’informer les internautes des résultats d’études scientifiques sur les bénéfices que présente la consommation des compliments alimentaires. Je suis simplement en mesure de donner quelques informations à partager avec un médecin traitant afin de décider avec lui de la meilleure thérapie.

      Efficace pour soulager la plupart de symptômes désagréables liés à la ménopause, la thérapie hormonale substitutive (THS) est, malheureusement, à l’origine des troubles cardiovasculaires et de certains cancers. Il à été scientifiquement démontré que l’action conjointe des molécules bio-actives d’actée à grappes noires et de millepertuis est similaire à celle de l’hormonothérapie de remplacement et elle est dépourvue d’effets secondaires. (Réf: Uebelhack R, Blohmer JU, Graubaum HJ, et al. Black Cohosh and St. John’s Wort for Climacteric Complaints: A Randomized Trial, Obstet Gynecol, 2006 Feb;107(2):247-55).

      Cordialement,

      Irina

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.