Qu’est-ce qu’un coronavirus ?

coronavirus

On nomme coronavirus un virus ayant une enveloppe en forme de couronne (d’où son nom) qui entoure son matériel génétique (ADN). Il se transmet très facilement par voie aérienne dans les gouttelettes de salive contaminées se trouvant dans les postillons, les éternuements, mais aussi la simple respiration à moins d’un mètre, d’où l’importance de se protéger avec le port d’un masque. Sa virulence est grande.

Le SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère) fut la première grave maladie infectieuse transmise par un coronavirus totalement inconnu qui apparut au XXIe siècle. Selon la terminologie médicale, on dit : « Qui émergea ». Et on parle à son propos de : « Virus émergent ». L’épidémie du premier semestre 2003 fut enrayée grâce à une mobilisation internationale sans précédent, suite à l’alerte mondiale déclenchée par l’OMS.

Elle a pu être endiguée par des mesures d’isolement et de quarantaine, exactement les mesures qui sont appliquées aujourd’hui avec ce nouveau coronavirus. Les manifestations sont de la fièvre et plusieurs symptômes pulmonaires : toux sèche, essoufflement, oppression respiratoire. Mais aussi maux de tête, douleurs musculaires, malaise général, épuisement.

Le taux de létalité fut de 15% en 2003 avec le SRAS (774 morts déclarés), concernant en priorité les personnes immunodéprimées. Quel sera celui du coronavirus actuel ? A l’heure où nous écrivons ce texte, lundi 10 février, le nombre de décès vient de dépasser les 1000.

Franchissement de la barrière d’espèce

En octobre 1995, l’OMS créa une division de « Surveillance et de Contrôle des Maladies Emergentes et autres Maladies Transmissibles ». Le coronavirus responsable du SRAS en 2003 et celui que l’on vient d’identifier en Chine à Wuhan font partie de cette classification.

En vérité, les choses ne sont pas si simples. Les coronavirus émergent suite à des mutations ou à des recombinaisons entre des virus existants qui engendrent des souches plus virulentes, ou bien parce que les conditions dans lesquelles ils ont existé pendant longtemps ont été modifiées. L’émergence est souvent provoquée par le passage d’un virus existant dans une population animale définie vers une autre espèce animale (dont l’espèce humaine).

Le franchissement de la barrière d’espèce est une source de maladies émergentes. Les réservoirs animaux les plus importants sont les rongeurs et la chauve-souris. Viennent ensuite les arthropodes (moustiques ou tiques par exemple). Le coronavirus actuel a sauté la barrière d’espèce d’un animal comestible encore non identifié, la civette sauvage mangée par les chinois peut-être, des civettes contaminées ayant été vendues en quantité au marché de Wuhan, mais nous ne savons pas précisément, à ce jour, quel fut l’animal contaminant.

Contamination

Ce qui est vrai pour le coronavirus l’est aussi pour une « simple » grippe quant au mode de contamination. Incroyable … mais vrai : il peut y avoir jusqu’à 10 millions de germes contagieux dans un seul éternuement d’une personne grippée. En effet lors d’un éternuement nous rejetons environ 2 000 minuscules gouttelettes dans l’air, chacune pouvant contenir jusqu’à 5 000 microorganismes (virus de la grippe). Faites le compte !

On peut être contaminé dans tous les lieux publics. Les éternuements et la toux ne sont pas les seuls facteurs de contamination grippale. La simple respiration en est un. L’expiration de l’air, par le nez ou par la bouche projette autour de la personne grippée d’innombrables virus agressifs qui ne demandent qu’une chose, contaminer les proches. Tous les lieux publics sont des sources de contamination grippale.

Voyager en avion, en train, en bus …
Prendre le métro …
Aller au cinéma …
Simplement marcher dans la rue en croisant une personne grippée …

Autant de possibilités, pour les personnes fragiles, âgées, immunodéprimées, à attraper la grippe. Sans parler de la fréquentation d’un hypermarché pour faire ses courses.

D’où l’importance de se protéger, pendant une épidémie avec un « bouclier » protecteur immunostimulant, antibactérien, antiviral, le GLUTATHIONE.

Glutathione
Glutathione
Detail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.