Les passages décennies par décennies chez la femme

Les passages décennies par décennies chez la femme

La trentaine, la quarantaine et les décennies suivantes nous amènent  doucement à reconsidérer notre façon de vivre et à mettre en place les conseils avisés pour garder la qualité de vie et la vitalité qui nous importent tant .

La prise de poids sans explications, la peau qui se relâche, les cheveux qui s’affinent et la fatigue parfois pesante ne sont pas une fatalité, au contraire de ce qu’on aimerait nous faire croire !

Les problèmes digestifs omniprésents et les problèmes de sommeil, la déprime passagère s’expliquant avec la perte d’hormones clés , on peut les soutenir pourtant naturellement  et facilement.

Aujourd’hui une personne hypothétiquement  ménopausée à 45 ans selon les dires de son gynécologue  a des bouffées de chaleur…

Ce n’est pas impossible mais combien de fois n’a-t-on pas fait  le lien avec une thyroïde affaiblie  et combien de fois le cycle féminin n’a pas repris de plus belle avec l’harmonisation de l’ axe du stress ?

La ménopause n’est en aucun cas un moment à redouter aujourd’hui car nous disposons et plus que jamais de plantes merveilleuses et conseils pour soutenir ce passage délicat en plusieurs points ( humeur, prise de poids, peau dévitalisée et bouffées de chaleur, affinement des muqueuses).

On travaille sur le foie pour libérer les œstrogènes en excès  ( xénobiotiques, perturbateurs endocriniens omniprésents) et on tâche de mieux gérer le stress avec la phytothérapie et les techniques de relaxation connues.

Plus prépare ce passage en soutenant la progestérone quelques années avant ( première hormone à baisser), et au mieux nous vivrons cette période de changements.

La progestérone reste l’hormone oubliée et pourtant indispensable au bien être féminin et elle est plus basse que les œstrogènes  déjà à l’adolescence. On donne la pilule pour soulager les jeunes femmes, ce n’est pas forcément la bonne solution. Tout notre mode de vie contribue à cette dominance oestrogénique.

Pour en revenir à la thyroïde : des troubles digestifs avec une gastroparésie et une femme de la cinquantaine qui ne digère plus rien à force de restrictions depuis des années ! L’alimentation appauvrie et la diversité si précieuse du microbiote en ont pris un coup, comment voulez -vous que cela aille ?  On met les aliments non digérés de côté et qui fermentent dans le grêle maximum 3 mois, le temps de travailler sur le digestif.

Les muqueuses intestinales doivent être dans un de ces états, il faut donc travailler dessus ainsi que sur la relance enzymatique et un soin particulier à l’estomac sera apporté avec le mastic de chios .

En naturopathie, on travaille dans la globalité et on est sur une approche intégrative, telle est la nuance

Une autre personne de la trentaine déprimée et insomniaque…A travers ses plaintes  et sa biologie salivaire et urinaire, on voit que ses surrénales et sa thyroïde ( hypothyroidie subcliniques) sont à plat et en harmonisant le tout et en rétablissant les carences au passage, en plaçant des conseils pour mieux gérer le stress et le sommeil, tout rentre petit à petit dans l’ordre.

Il est donc aujourd’hui capital de se poser les bonnes questions, de faire les liens avec l’instinct féminin dont nous disposons toutes, de s’écouter si quelque chose ne va pas …

Pensez toujours d’abord aux piliers de l’hygiène de vie ( sommeil, alimentation, hydratation, exercice physique, gestion du stress et relations sociales) et misez sur de belles assiettes ressourçantes. Si l’énergie n’est pas au rdv, faites -vous aider car ce n’est pas irréversible, il y a toujours des réponses physiologiques, énergétiques, spirituelles, et tant d’autres encore.

Catherine Godisiabois

Les produits suivants pourraient vous intéresser :

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.