Et si on augmentait notre taux vibratoire avec l’alimentation ?

Nous connaissons depuis quelques années un véritable engouement pour le cru  et les cuissons douces préservant un maximum de nutriments et phyto nutriments et ne comptons plus le nombre de livres et de références parus à ce sujet.

Les appareils ingénieux prônant et modernisant les modes de cuisson douce ont carrément le vent en poupe !

Ils nous facilitent la vie tant leur usage est simple, ludique et varié.

La cuisson à la vapeur douce et à l’étouffée sont devenues tendance et les fours vapeur, ou cuiseurs vapeur et casseroles au couvercle bombé en inox de qualité  nous permettent de cuire nos légumes sans ne rien perdre de leurs nutriments, et de faire pains et cakes autrement que dans un four à haute température.

L’idéal est d’avoir 25 % d’aliments biogéniques ( tout ce qui est germé et cru) et 50 % d’aliments bioactifs ( aliments crus et non germes de qualité biologique et locaux : fruits et légumes, aromates oléagineux, miel,..) et 25 % d’aliments biostatiques ( aliments de qualité à l’état cuit ou surgelé comme les viandes, poissons , farines ,…). Il faut à tout prix éviter les aliments biocides qui détruisent la vie et ne contiennent plus aucune force vitale et rendent malade ( plats préparés, OGM, aliments composés de calories vides et plein de mauvaises graisses et sucres , les cuissons fortes et au micro-onde) , qui nous font vieillir vite et mal, jusqu’à mener aux maladies modernes de civilisation.

Nous pouvons à présent cuire sans graisses surchauffées et avoir le loisir de rajouter de bonnes huiles crues riches en omegas 3 et 9, tout cela afin d’éviter de produire les fameuses  molécules de Maillard, hautement pro oxydantes et pro inflammatoires.

Comme toujours, j’aime la nuance et il n’est pas possible de tout manger cru, nous ne sommes pas faits pour cela !

MANGER VIVANT C’EST AVANT TOUT MANGER UN ALIMENT QUI CONTIENT L’INTEGRALITE DE SES ELEMENTS NUTRITIFS.

L’alimentation vivante est ce que je prône mais la vraie définition n’est pas de ne manger que des aliments cru, mais de manger des aliments contenant l’intégralité de leurs nutriments, enzymes, phyto nutriments et des macro molécules non modifiées, dans leur nature ou état d’origine, si vous préférez…

Selon Ann Wigmore, il s’agit de la « nourriture fournie par la nature » : les aliments sont cultivés biologiquement, et consommés le plus rapidement possible après récolte, dans leur état cru original, parfois mixés, parfois lactofermentés, mais toujours peu préparés.

On trouve donc principalement : des légumes (surtout verts), des jeunes pousses, des graines germées, des algues, quelques fruits, des noix et certaines graines.

Il s’agit donc vous l’aurez compris de préserver  autant que possible les enzymes, premiers constituants détruits par un mode de cuisson inapproprié ou par une trop longue conservation. Indispensables aux milliers de réactions biochimiques qui se déroulent à chaque instant dans le corps, ces enzymes facilitent notamment notre digestion tout en boostant notre immunité. « Manger vivant », c’est donc apporter à notre organisme le plus de digestibilité et de vitalité possible.

La vapeur douce fait partie des possibilités de préservation de ces propriétés.

Qui dit cru dit enzymes, synonymes d’énergie, de vie…

Un aliment cru est plein d’enzymes vivants et ces enzymes réparent les petits dégâts au quotidien lorsque nous en mangeons en suffisance.

Si on mange des aliments cuits, on puise dans nos propres réserves en enzymes alors que si nous consommons du cru, nous les fournissons au moment même.

Quand nous cuisons trop nos aliments, nous nous sentons fatigués, et cela est normal puisque nous sollicitons nos propres enzymes peut être déjà affairés à un nettoyage de notre foie ou à tout autre processus métabolique majeur.

Les études sont nombreuses : les fruits et légumes crus nous apportent un maximum d’enzymes et de nutriments tels que les vitamines, minéraux et acides aminés, à l’heure où les modes de cuisson défraient le chronique en raison de leur toxicité et des éléments pro-oxydants et pro-cancérigènes qu’ils induisent.

Il est donc important de consommer en suffisance des végétaux crus pour nous apporter les éléments vitaux dont nous avons besoin afin de bien nous porter.

Les adeptes du cru et de l’alimentation vivante bénéficieraient donc d’un apport optimal en vitamines et minéraux, mais aussi en enzymes, qui disparaissent lors de toute cuisson dépassant les soixante et quelques degrés !

Les enzymes nous permettent en effet de mieux digérer les aliments, de mieux les décomposer afin de soulager la digestion et assimiler dès lors ce que nous consommons au quotidien pour nous apporter santé et vitalité.

Ils sont aussi nos alliés contre des pathologies devenues courantes comme l’arthrite, le diabète, l’obésité, la fibromyalgie, les allergies, la constipation et les problèmes cardio-vasculaires.

Également dans les cas de pathologies auto-immunes où les aliments, non digérés par les enzymes, entrainent une réaction des globules blancs, nos petits soldats garants de notre immunité, qui ne reconnaîtront pas ceux-ci et vont se mettre à les combattre en entraînant la production d’anti-corps contre nos propres organes !

Dans les cas d’allergies, les aliments non digérés encore une fois par ces enzymes, entraineront des réactions exagérées de notre système immunitaire, qui s’emballe et engendre les nombreux symptômes des plus désagréables.

Les laitages crus sont aussi plus intéressants qualitativement car plus riches en enzymes entre autres et, lorsqu’ils sont consommés avec parcimonie et bien tolérés, ils n’ont rien à envier aux laitages industriels pasteurisés et homogénéisés !

Attention cependant aux personnes intolérantes à l’histamine, chez qui ils ne conviennent pas.

Saviez-vous que les produits laitiers pasteurisés et UHT étaient des produits glyqués ?

Et oui, une petite explication s’impose car lors de la cuisson à haute température, les protéines du lait et son sucre le galactose, deviennent des molécules glyquées ou autrement dit, molécules de Maillard, hautement toxiques mais aussi une des causes de diabète de type 2, comme toute association de protéines et sucres sous toutes leurs formes (biscuits, pain, etc…), cuits à haute température. On boucherait alors les canaux qui permettent l’entrée du glucose dans la cellule et il s’ensuit un excès de glucose sanguin.

La galette essenienne ( ou crackers)  est un aliment intéressant aussi car la céréale sera germée et cuite à basse température ou mieux, passée au déshydrateur EZIDRI, une merveille pour confectionner la vraie galette essénienne que l’on peut varier à l’infini.

Avant, on laissait sécher au soleil, ce qui apportait un côté vibratoire des plus intéressant.

Voilà pourquoi le cru est vital, bien qu’il faille aussi nuancer le tout et apporter quelques conseils de consommation pour en profiter au mieux :

  • Toujours mastiquer longuement car nous produisons alors la cellulase, enzyme clé pour décomposer la cellulose dans notre côlon. La cellulase est une enzyme que nous ne produisons pas nous-mêmes  ( au contraire de la vache) et qui doit impérativement être apportée par les aliments crus, il est donc primordial de mastiquer longuement pour digérer. Qui peut se vanter de bien mâcher ? Il est important de manger aussi dans un environnement relaxant, en famille.
  • De boire le moins possible ne mangeant.
  • Associons le cru avec une protéine ou des graines ou oléagineux (germé.e.s au préalable de préférence), mais idéalement pas avec des céréales cuites . Au risque d’entraîner une fermentation excessive dans nos intestins et d’engendrer intolérances alimentaires et déséquilibres intestinaux.

J’ai une préférence pour les jeunes pousses ( mâche de blé, roquette, pourpier, jeunes pousses d’épinards bien sûr pas en sachets) car elles fermentent beaucoup moins que la laitue et apportent bien plus de nutriments intéressants.

Le cru le soir est plutôt déconseillé car peut entrainer de la fermentation …

Bref, l’idéal est de consommer un peu de cru, d’aliments cuits à la vapeur douce et de jus de légumes.

Enfin, quelques réserves devraient être émises :

Les personnes aux intestins les plus sensibles et enflammés, comme on en rencontre beaucoup à ce jour devraient commencer à introduire le cru doucement et selon la tolérance de chacun.

Dans un premier temps, une supplémentation en enzymes  gastriques et pancréatiques peuvent aider et surtout, un mode de cuisson à l’étouffée qui permet de consommer les fruits et légumes à très basse température, un savoir-faire utile et très sain qui est même par la suite tout à fait complémentaire.

Les jus réalisés avec un bon extracteur en limitant la teneur en fibres nous permettent aussi de réintégrer le cru petit à petit, en douceur et avec une belle tolérance.

Mais attention, pas trop non plus sinon cela fermente….

Je les préfère avec beaucoup de vert et  entre le gouter et le dernier repas, avec un peu de gingembre .

En effet, saviez-vous que la tomate cuite avec un peu d’huile d’olive et à basse température, dégage du lycopène, anti- oxydant très intéressant notamment garant de la santé de la prostate et qui ne se trouve pas dans les tomates crues ?

N’oubliez pas les graines germées qui apportent jusqu’à dix fois plus d’enzymes, d’acides aminés, de vitamines et minéraux. Elle doivent être faites maison idéalement et être très fraiches, et consommées endéans les 3 à 4 jours.

Comble du comble : une étude toute récente vient de nous confirmer que le fast-food engendrerait d’importants problèmes de dépression ( neuro inflammation), n’est-il pas opportun d’apporter à nos a enfants et adolescents ainsi qu’à nous-mêmes ce flux d’énergie à la portée de tous ?

ON CONSTRUIT LEUR CAPITAL SANTE DES LEUR PLUS JEUNE ÂGE.

Tout est donc encore une fois question de nuance et d’association, pour consommer malin et en individualisant au mieux selon le terrain et la santé de chacun.e.

Quoiqu’il en soit, préservons au maximum les bons nutriments que nous retrouvons dans les produits bio et locaux de façon tellement plus importante que dans le traditionnel, ce serait bien dommage de les dénaturer, alors que notre démarche est déjà d’aller vers le meilleur !

5/5 - (2 votes)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.