On les appelle hauts potentiels…

On les appelle hauts potentiels (HP), surdoués, philo-cognitifs, surefficients, hyper-fonctionnants, ou plus familièrement « zèbres ».
Saviez -vous que les HP ont en commun avec les hypersensibles un cerveau droit ou hémisphère droit plus actif et plus dominant ?
En effet, Les personnes à haut potentiel ont un cerveau qui fonctionne à plein tube, une sensibilité exacerbée, et une impression de vivre perpétuellement en décalage avec un réseau neuronal hyper développé dans l’hémisphère droit pour la plupart…
Cette différence notoire et ce surinvestissement du cerveau droit peut les desservir car à force de tout vivre plus vite plus fort, les hormones du stress fluctuent à plein régime et finissent par épuiser les surrénales ( petites glandes coiffant nos reins et constituant notre siège de résistance au stress).
Le cerveau d’un « hyper » est doté d’un fabuleux moteur de réactivité cérébrale en ébullition permanente, mais cela les amène à sur consommer beaucoup de ressources…
Les IRM réalisées sur ces personnes attestent d’une intense activité neuronale avec une multitude de connexions et une pensée en arborescence .
Une anamnèse et une biologie permettent donc de soutenir ces enfants et adultes encore mal compris et aidés, alors qu’une évaluation précise des neurotransmissions et des hormones du stress, des carences en fer, zinc, magnésium et omégas 3 seraient salvatrices . Sans oublier le microbiote notre deuxième cerveau !
Une carence en fer augmente la neuro excitabilité et diminue l’apport en oxygène et elle est fréquente à ce jour chez les enfants que je reçois. Les signes cliniques aident c’est incontestable pour le diagnostic.
Une prise en charge totalement individualisée s’impose naturellement car un Hyper n’est pas l’autre et l’on fait des distinctions importantes et fondamentales à l’heure actuelle, sans trop rentrer dans les détails.
Il y a autant de hauts potentiels et d’hypersensibles qu’il y a d’individus !
Un petit déjeuner exempt de protéines desservira bien souvent ces patients, car la sérotonine est fabriquée le matin mais aussi la dopamine qui permet d’avoir une meilleure concentration . Tourner à vide le matin est d’ailleurs source de fatigue et de fluctuations du cortisol
Une carence en dopamine peut mener aux addictions fréquentes chez les hyper…
Les co -facteurs de la dopamine et de la sérotonine sont souvent carences avec l’alimentation actuelle raffinée et le manque d’apport en aliments de qualité.

Le neurotransmetteur GABA, véritable pédale de frein, va calmer l’anxiété en diminuant l’excitabilité et le nombre de neuro connexions, et la l théanine acide amine du thé vert en est un précurseur. On peut aussi conseiller le gaba si les taux observés à travers les analyses sont bas.
Je rencontre beaucoup d’enfants dont les taux de glutamate précurseur du gaba sont bas mais j’en rencontre aussi avec des taux trop élevés en raison de la consommation d’aliments industriels ( plats préparés, chips, biscuits,…) riches en glutamate de sodium qui est neuro excitant !

La vitamine B6 étant souvent carencée , la glutamate decarboxylase ne se fait pas et les troubles du sommeil, mais aussi la nervosité, l’irritabilité, l’impulsivité et l’anxiété font légion. Attention, on ne s’auto supplémente pas en B6, ni en Gaba sans analyses à l’appui mais bien sûr on peut déjà démarrer une cure de magnésium et vitamines B ainsi que d’omegas 3 qui apportent sérénité et calme et diminuent l’incidence de la neuro inflammation.

La melatonine, anti oxydant redoutable de notre cerveau, qui nous permet de rêver et d’avoir un sommeil récupérateur, un visage reposé le matin et un réveil facile, baisse en raison de l’utilisation de tablettes et smartphones le soir ( et pas que le soir) et même les enfants en manquent à ce jour, d’où les nombreux problèmes de sommeil et d’épuisement.
Il est préférable de lire ( un adulte ou un enfant qui lit se questionnent davantage et ont un meilleur esprit critique et analyse) avant de se coucher et d’adopter des repas végétaliens le soir ( qui libèrent le foie et l’estomac mais aussi les neurotransmetteurs clés), tout nous le prouve.

L’assiette et ce qu’elle contient sont vos carburants ! L’énergie en provient, il n’y a pas de secrets. A partir de cette réflexion on fait tout pour la réorganiser et la densifier. On a envie d’une vie de qualité et le placement des aliments aux moments opportuns et leur qualité nous apporte une meilleure gestion émotionnelle.
En micro- kiné, kinésiologie, reprogrammation cellulaire notamment on percevra chez ces enfants un état d’hypervigilance et on peut rééquilibrer à travers ces approches mais l’aspect physiologique est tout aussi important car si carences il y a comme bien souvent et perturbations des hormones et neuro transmetteurs cela ne suffira pas.

Les méthodes de relaxation telles la sophrologie, cohérence cardiaque et la méditation sont d’une grande aide également.

Car en réalité, ces êtres merveilleux en marge et décalés ne nourrissent ils pas la société de demain ?….

Références : « Mon cerveau est hyper » de Cathy Assenheim
« Trop intelligent pour être heureux » de Jeanne Siaud
Elaine Aron« aimer quand on est hypersensible »
Isabelle Bary « Zebraska »

Article rédigé par Catherine Godisiabois.
Naturopathe- Nutritionniste- Consultante
Licenciée en Micro -Nutrition ( Univ. Poitiers)

Ces informations et conseils ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis médical. Consultez toujours votre médecin au sujet de votre santé , ou de vos problèmes médicaux.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.