Le dépistage du cancer du sein

log cancer du sein

1 femme sur 8 risque de développer un cancer du sein. En France, toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans sont appelées à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Pour en savoir plus, nous avons interrogé le Dr Marc Espié, oncologue Directeur du Centre des maladies du sein à de l’hôpital Saint Louis (Paris).

Quel est l’intérêt du dépistage organisé?

Dr Marc Espié : « Le dépistage organisé du cancer du sein permet de découvrir les cancers du sein les plus petits possibles, et cela dans les meilleures conditions possibles. Ce dépistage consiste en une mammographie prise en charge par l’Assurance maladie tous les deux ans entre 50 et 74 ans. Si la mammographie est jugée normale par le premier radiologue, un deuxième radiologue relit la mammographie pour être sûr qu’elle est bien normale. Si le radiologue juge la mammographie anormale, une échographie est réalisée, éventuellement des micro ou macro biopsies pour poser un diagnostic. »

Avant 50 ans, quel dépistage pour le cancer du sein?

Dr Marc Espié : « Avant 50 ans, il n’y a pas de dépistage organisé du cancer du sein car nous n’avons pas montré de bénéfices en terme de rapport bénéfices-risques dans la population générale. Je conseille pour ma part une mammographie de référence à 40 ans et d’adopter une surveillance du cancer du sein si une femme a des facteurs de risque (antécédents familiaux, densité du sein – les femmes ayant une densité radiologique du sein sont plus à risque de développer un cancer du sein que les autres-) à partir de ce moment.

Entre deux mammographies, que faire comme surveillance?

Dr Marc Espié : « Il est conseillé entre deux mammographies une visite annuelle chez le gynécologue, qui examine les seins cliniquement. »

Est-ce que l’auto-dépistage est utile?

Dr Marc Espié : « Plutôt non. En fait, aucune étude n’a démontré que les femmes qui pratiquaient l’autodiagnostic du cancer du sein avaient une mortalité moindre par cancer du sein que celles ne pratiquant pas cet autodiagnostic. Cela dit, avant 50 ans, ce sont pratiquement toujours les femmes qui découvrent une boule dans leur sein, donc l’autodiagnostic peut être utile. Cependant, ce n’est pas toujours facile de s’examiner. Il faut le faire pas plus d’une fois par mois, en début de cycle, là où les seins sont plus souples. »

Anne-Sophie Glover-Bondeau

6 Comments

  1. Pour mon cas l’autopalpation m’a permis de dépister mon cancer du sein confirmé par mammographie classée CR5 (nov. 2011) ; de province je suis allée à l’I.G.R. à Villejuif car j’ai des antécédents familiaux.J’ai été orientée au Centre G. F. L à Dijon plus près de mon domicile. Et au cours d’examens demandés pour le sein on m’a découvert un carcinome bronchique qui a été opéré de suite par lobectomie (ces 2 cancers n’avait pas de rapport entre eux). 6 séances de chimio, opération du sein, 36 séances de radiothérapie ; à ce jour tout va bien. Donc je conseille à toutes les femmes d’aller dans un centre de recherche il y en 20 en France.

  2. Bonjour,
    Dans ma famille il y a eu différents cas de cancer du sein, moi j’ai eu un kist au sein.
    Actuellement, je souffre de douleur aux seins très génante.
    Ai je un risque de cancer ?
    Merci.

    • La prédisposition génétique (lorsque plusieurs personnes d’une même famille sont atteintes du même cancer) joue un rôle important dans l’apparition de nombreuses formations cancéreuses. Cependant, seule une petite partie des cancers du sein ( 5 à 10 %) sont héréditaires. Consultez régulièrement votre gynécologue.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.