Lignanes : Les molécules « boisées » à notre rescousse.

Les lignanes sont des molécules bioactives (polyphénols ligneux, dits « boisés ») d’origine végétale. On les trouve dans les céréales (lin, orge, sarrazin, blé, avoine), les légumes (haricots, brocolis, carottes) et les fruits (cerises, pommes, poires). Les lignanes peuvent également être isolés à partir de tiges, d’écorces ou de racines de différents arbres (sapin, épinette).

Impliqués dans les mécanismes de défenses naturelles des végétaux, les lignanes sont également très précieux pour notre organisme. Ces molécules protégeraient contre l’apparition de divers cancers hormono-dépendants (sein, utérus, prostate), de l’ostéoporose et des maladies cardio-vasculaires. Certains lignanes auraient pour effet de ralentir voire stopper la croissance désordonnée des cellules tumorales.

De par leur structure et leurs fonctions les lignanes sont identiques aux hormones féminines (œstrogènes). Agissant au niveau des récepteurs cellulaires, ils réduisent les effets néfastes de l’excès d’œstrogènes ou compensent leur carence éventuelle.

Une fois ingérés par notre système digestif, les lignanes se convertissent en leur forme active : entérolactone. Chez l’homme, l’entérolactone freine la transformation de testostérone (hormone masculine) en œstrogènes (hormones féminines). De ce fait, il permet de maintenir un taux élevé de testostérone opérant, de freiner l’accumulation des graisses au niveau de l’abdomen et de protéger la prostate contre une croissance malsaine. Chez la femme, l’entérolactone permet de rééquilibrer les secrétions hormonales déficitaires lors de la ménopause et de réduire la plupart de symptômes gênants (bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, troubles de l’humeur, etc…) de cette période de la vie.

Lignanes : Les molécules « boisées » à notre rescousse.
Notez cet article

Ecrit par

Aucun commentaires.

Laisser un commentaire

Message