Quizz: connaissez-vous bien le psoriasis ?

Le psoriasis, maladie chronique, touche 2,5 millions de Français. Il existe encore de nombreuses idées reçues sur cette maladie. Et vous, que savez-vous sur le psoriasis? Testez vos connaissances!

1. Le psoriasis est une simple maladie de peau

Faux.
Le psoriasis n’est pas une simple maladie de peau. Il s’agit d’une maladie auto-immune multifactorielle, une pathologie inflammatoire chronique qui évolue par poussées. Celles-ci sont responsables d’une prolifération accélérée des kératinocytes, des cellules constituant 90 % de la couche superficielle de la peau (épiderme).

2. Le psoriasis a une origine génétique

Vrai.
Le psoriasis est une maladie qui se développe sur un terrain génétiquement prédisposé- pour 40% des patients, un ou plusieurs membres de leur famille sont atteints par la maladie; si l’un des deux parents est atteint, le risque pour l’enfant de souffrir de la maladie varie de 5 à 10 %, mais différents facteurs environnementaux peuvent également la révéler (agents infectieux, stress, prise de médicaments…).

3. Il existe une seule forme de psoriasis.

Faux.
Le psoriasis est une pathologie complexe qui avoir peut plusieurs formes d’un patient à l’autre, voire évoluer chez un même patient tout au long de sa vie. Dans 80%3 des cas, le psoriasis s’exprime sous forme de plaques rouges, bien limitées, épaisses, recouvertes de squames blanchâtres, qui se situent préférentiellement sur le cuir chevelu, les coudes, les genoux et la région lombaire mais les plaques peuvent aussi se localiser sur d’autres parties du corps. D’autres formes de psoriasis existent :

  • Le psoriasis en gouttes représente moins de 10% des cas et apparaît souvent chez les enfants et les adolescents, à la suite d’une angine. Il survient soudainement, sous la forme d’une multitude de petites plaques de quelques millimètres de diamètre, principalement sur le buste. Ce type de psoriasis peut parfois évoluer vers un psoriasis en plaques.
  • Le psoriasis pustuleux se caractérise par l’apparition de minuscules pustules sur des plaques rouges. Ces pustules sont liées à l’intensité de l’inflammation.
  • Le psoriasis érythrodermique peut toucher l’intégralité de la surface de la peau sous forme de pustules disséminées sur des zones rouges et irritées (psoriasis pustuleux de von Zumbusch). Il s’accompagne toujours de fièvre et de frissons. Cette forme généralisée de psoriasis, très rare, grave, doit être traitée rapidement.

4. Le psoriasis peut être associé à d’autres maladies.

Vrai.
Il arrive chez certains patients que le psoriasis soit associé à d’autres maladies qui partageraient le même terrain inflammatoire et peut-être une partie du terrain génétique. Ainsi aujourd’hui, certaines affections sont plus fréquemment observées chez les patients atteints de psoriasis qu’au sein de la population générale. C’est le cas des rhumatismes inflammatoires – Jusqu’à 7% des personnes atteintes de psoriasis peuvent développer un rhumatisme psoriasique qui provoque des douleurs articulaires avec gonflements et raideurs; dans 70% des cas, cette forme d’arthrite apparait dix à quinze ans après les premiers signes de psoriasis cutané́- mais aussi de certaines maladies du tube digestif comme la maladie de Crohn.

Le psoriasis est par ailleurs lié à un certain nombre de maladies qui peuvent entraîner un risque accru de mortalité par comparaison à la population générale. Ainsi, les patients psoriasiques ont un risque cardio-vasculaire plus élevé car ils présentent souvent un syndrome métabolique associé (ou l’une ou plusieurs de ses composantes parmi lesquelles le diabète, l’hypertension artérielle, l’obésité abdominale et l’hyperlipidémie).Outre ce risque cardio-vasculaire accru, le psoriasis a également un retentissement sur le quotidien des patients, tant au niveau psychologique que sur le plan social. On trouve en effet 10,3 % de dépressifs chez les patients atteints de psoriasis contre 2,6 % dans une population générale témoin.

5. Le psoriasis ne se guérit pas.

Vrai.
Le psoriasis ne se guérit pas- il évolue de façon très individuelle, avec des poussées, mais aussi des remissions au cours desquelles les lésions disparaissent- mais il se soigne bien dans la grande majorité des cas. Les traitements sont appropriés aux différentes formes de psoriasis. Ils ont pour objectif de lutter contre l’inflammation et le renouvellement accéléré́ des kératinocytes, et d’obtenir le « blanchiment » des plaques. Parallèlement, le patient retrouve un «bien-être» cutané́, soulagé de ses démangeaisons, de ses douleurs et de la desquamation incessante de ses plaques. Il existe différents types de traitements, fréquemment associés car complémentaires): traitements locaux (dermocorticoïdes, dérivés de la vitamine D), traitements oraux (rétinoïdes oraux dérivés de la vitamine A, ciclosporine orale, méthotrexate), photothérapie -utilisation des rayons ultra-violets en cabine médicalisée -ou encore traitements injectables, appelés biothérapies.

6. De nouveaux médicaments contre le psoriasis sont en cours de développement.

Vrai.
De nouvelles biothérapies, ciblant cette fois l’IL17 sont attendues très prochainement. Ce seront encore des molécules prescrites en injection sous-cutanée, qui semblent d’une grande efficacité́ et d’action très rapide. De nouvelles classes thérapeutiques, appelées « petites molécules » sont en développement. Il s’agit des anti-JAK (anti-Janus Kinase) et des anti-PDE4 (anti-phosphodiestérase 4). Elles auront pour avantage d’être administrées par voie orale voire localement. Enfin, des extensions d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) de biothérapies déjà̀ utilisées sont à l’étude, comme par exemple pour l’ustekinumab, chez l’enfant à partir de 12 ans ou dans le rhumatisme psoriasique. Le traitement du psoriasis par homéopathie continue également de progresser pour soulager les personnes souffrantes naturellement.

7. Des conseils d’hygiène peuvent améliorer la vie des personnes souffrant de psoriasis.

Vrai.
Le premier traitement du psoriasis est l’hydratation de la peau. Il est important de s’appliquer de la crème matin et soir. Il n’y a pas de crème spécifique, une crème hydratante adaptée à son confort sans parfum et sans conservateur suffit. ll est aussi important d’éviter les vêtements trop moulants car les frottements sur la peau favorisent l’apparition du psoriasis. Pour les sous-vêtements, en contact direct avec la peau, il est préférable de porter des matières telles que le coton. Il est également conseillé d’utiliser des shampoings doux, achetés en pharmacie ou parapharmacie et des gels douches sans savon.

8. Le psoriasis est lié au stress ou à des problèmes psychologiques.

Faux.
Le psoriasis n’est pas une maladie psychologique contrairement à ce que l’on entend souvent. Elle se déclare généralement par une forte émotion (positive ou négative) mais n’est pas la cause de son apparition. Autre idée reçue, le fait que le psoriasis soit contagieux. Là-encore, c’est faux! Le psoriasis n’est pas contagieux. Une personne atteinte de la maladie ne peut pas la transmettre, ni par le toucher, ni par les vêtements, ni par contact physique.

Apolline Giraudet

Sources:
APLCP (Association pour la lutte contre le psoriasis)
Henseler T et Christophers E. Disease concomitance in psoriasis. J Am Acad Dermatol 1995; 32(6):982-6Gupta MA, Gupta AK. Depression and suicidal ideation in dermatology patients with acne, alopecia areata, atopic dermatitis and psoriasis. Br J Dermatol 1998; 139:846-50

Nos produits contre le psoriasis :

Pau d'Arco en complément alimentaire Vitamine D3
Pau d’Arco
Un complément alimentaire contre le psoriasis en plaques
Vitamine D3
Cette vitamine semble soulager l’affection cutanée du psoriasis.
Pau d'Arco Vitamine D3

12 Comments

  1. Après avoir traîné un psoriasis pendant des années, avec une multitude de traitements tous plus ou moins efficaces dans le court terme mais pas dans la durée, j’ai essayé avec le savon d’Alep, dont je me sers quotidiennement, aussi bien pour laver le corps que comme shampoing. Et le psoriasis a complètement disparu depuis quelques années.

    Cela dit, ce n’est pas un remède miracle qui marche à tous les coups. J’ai rencontré des personnes qui souffraient de cette maladie et qui n’ont pas été guéris malgré l’utilisation régulière de savon d’Alep.

  2. Désolé de ne pas être totalement d’accord avec vous quand vous dites « Le psoriasis est lié au stress ou à des problèmes psychologiques. Faux »
    Bin, oui, le psoriasis est LIÉ au stress, puisqu’il est un facteur déclenchant !
    Il n’en est pas la cause, ça je suis d’accord… Mais il y est lié quand même, même si le lien n’est pas un lien de cause à effet…
    Belle nuit quand même…

  3. Dommage qu’Emilie ne donne aucune indication sur ce traitement homéopathique miraculeux. On m’a conseillé des bains d’une demi-heure au bicarbonate de soude (trois cuillères à soupe).

  4. J’ai eu du psoriasis de ma plus tendre enfance jusqu’à la quarantaine (plaques aux coudes et genoux, visage et cuir chevelu). Il a totalement disparu grâce à un traitement homéopathique en quelques mois seulement et depuis une dizaine d’années n’est jamais réapparu !

    • L’homéopathie est une solution naturelle envisageable. Il est ainsi possible de prendre du nacrum muriaticum, de l’arsenicum album, de l’arsenicum iodatum ou du calceara carbonica.

      • Voici la réponse d’Émilie:

        Bonsoir,

        J’ai recherché mes vieilles ordonnances et les ai trouvées. Il y en a 5 de mars 2003 à octobre 2004, je n’ai plus eu une seule poussée de psoriasis depuis et je n’ai aucune cicatrice. Je pense que l’homéopathie modifie un terrain et traite plusieurs problèmes, pour moi stress, mauvaise circulation, psoriasis. Cette homéopathe, hélas à la retraite, traitait essentiellement avec des doses et les granules étaient à prendre au coucher. En local, j’ai passé du calendula en pommade (boiron) j’avais bien sûr testé bien des pommades à base de cortisone, sans succès. Je veux bien vous indiquer les prescriptions mais elle me correspondent et je pense qu’il faut plutôt trouver le bon homéopathe qui prend une heure pour vous interroger avant de vous faire sa prescription. Voici ce qui m’a été prescrit : spasmine 2 le soir, ignatia 15 ch 1 dose à jeun puis 8 jours après sépia 18 ch 1 dose le matin à jeun puis une dose tous les 10 jours de vitis vinifera D1 et 3 granules le soir au coucher de tilia europa D3.
        Ensuite Nux vomica 18 ch tjrs doses le matin à jeun, suivi (à commencer dans 10 jours) de vitis vinifera D3 1 dose ts les 10 j/3 doses et 3 granules le soir au coucher de passiflora 3x .
        Ensuite nux vomica 18 ch 1 dose le matin à jeun + vitis vinifera idem ordo précédente et taraxacum D1 3 granules le soir au coucher
        Ensuite natrum muriaticum 5 ch et gelsémium 15 ch si nécessaire – sépia 7 ch 3 granules matin et soir pdt 3 jours et 1 dose de sépia 15 ch le 4ème jour, puis à commencer 10 jours après betula alba D1 1 dose tous les 10 j (3tubes) et avena sativa D1 3 granules le soir au coucher
        Enfin Ignatia 15 ch 1 dose à jeun, dans 8 jours causticum 15 ch 1 dose à jeun, à commencer dans 12 jours avena sativa d1 1 dose ts les 10 j à jeun (3doses) et vitis vinifera d1 3 granules le soir (2 tubes).
        Je peux vous certifier que tout a disparu depuis ce traitement !
        Cordialement

  5. Bonjour,
    Vos affirmations sont fausses madame, il faudrait quasiment tout revoir sur le sujet du psoriasis avant de poster sur internet un tel article!

    Il faut comprendre d’où vient le problème, et apporter à la personne en souffrance une réponse personnalisée, efficace et complète, en étudiant son mode de vie, et en remontant à la cause, et parfois la cause de la cause, vers la source de son mal-être. Malheureusement, par contraintes liais à la profession de thérapeute, faute de temps, de volonté, et parfois même d’honnête intellectuelle, ce travail auprès des patients n’est pas toujours effectués par les praticiens évoluant dans le milieu médical conventionnel (et pourtant reconnu). Ma devise : « il est préférable d’avoir recourt à une méthode non conventionnée mais naturelle et efficace, plutôt que de persister à vouloir utiliser une thérapie agrée mais parfois inutile et souvent toxique ».

    Pierre-David
    Naturopathe

  6. Je ne partage pas entièrement vos commentaires. Il n’y a pas d’antécédents dans ma famille. Mon fils aîné (45ans) a commencé à avoir du psoriasis bien avant moi. Le sien est localisé sur le cuir chevelu alors que je souffre de psoriasis plantaire. Le plus invalidant je pense et vous n’en faites pas état. J’ai eu un répit de 10 ans après une cure à Avène-le-Bains. Depuis tous les traitements n’ont pas été concluants. Seule une pommade me soulage, c’est DEVOBAIT.

    • La réhydratation et le gommage doux de la peau sont les meilleurs thérapies du psoriasis. Les bains tièdes (32°C à 36°C pendant 30 à 45 min) aux sels minéraux de la Mer Morte présentent de nombreux avantages. Purifiants, détoxifiants, apaisants, ils aident à décaper la peau et à éliminer les squames. Ils désaltèrent la peau asséchée, calment les démangeaisons et facilitent le sommeil. Dans 90 % des cas les plaques de psoriasis régressent voire s’estompent, permettant de bénéficier d’une amélioration visible de la peau. On dit alors que le psoriasis est «blanchi». Selon les études effectuées, les sels de manganèse et de lithium joueraient un rôle particulier dans l’efficacité de cette balnéothérapie. La vitamine D3 diminue la multiplication désordonnée de cellules de la couche superficielle de la peau (kératinocytes), réduisant ainsi les démangeaisons et les desquamations et ce à un coût défiant toute concurrence.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.