Quand le microbiome influence la santé mentale

De la dysbiose à l’altération des fonction cérébrales et maladies mentales, il n’y a qu’un pas et le lien est connu à ce jour…..les mécanismes d’action sont de plus en plus connus
Le système de communication bi- directionnel entre le SNC et le tractus gastro intestinal est une évidence mais le microbiome intestinal peut aussi influencer le développement neuronal, la cognition et le comportement et des changements du microbiome ( composition de la flore intestinale) à contrario peuvent engendrer des symptômes dépressifs.

Bien que cette association entre entéropathie et certaines conditions psychiatriques ne soit plus à prouver, il apparait que certains microbes intestinaux représentent des médiateurs directs de psychopathologies.
Le microbiome contribuerait à la formation du développement cérébral et de la fonction neurologique.

Le microbiome impacte donc la santé mentale par différentes voies:

  • Un Sibo ( « small intestinal overgrowth ou pullulation bactérienne de l’intestin grêle ), une dysbiose bactérienne et une perméabilité intestinale accrue qui engendrent une stimulation excessive vont produire une inflammation systémique du Système nerveux central ( SNC)
  • Les protéines bactériennes pourraient réagir de façon croisée avec des antigènes humains pour stimuler des réponses dysfonctionnelles du système immunitaire adaptatif
  • Les enzymes bactériennes produiraient des métabolites neurologiques comme l’acide D lactique et de l’ammoniac!
  • Les microbes intestinaux peuvent produire des hormones et neurotransmetteurs qui sont identiques à ceux produits par le cerveau ,et les récepteurs bactériens pour ces hormones influencent la croissance et la virulence microbienne
  • Les bactéries intestinales affectent directement les neurones afférents au système nerveux entérique pour envoyer des signaux au cerveau via le nerf vague
  • A travers ces mécanismes variés les microbes intestinaux déterminent l’architecture du sommeil et de la réactivité au stress de l’axe adréno hypothalamo hypophysaire ( surrénales et axe du stress )

Ils influencent la mémoire, l’humeur, la cognition, et sont cliniquement et thérapeutiquement reliés à des désordres courants et actuels tels que l’alcoolisme, la dépendance aux drogues, le syndrome de fatigue chronique, la FIBROMYALGIE, le syndrome de jambe sans repos!…

Leur rôle face à la sclérose en plaque et aux manifestations neurologiques de la maladie coeliaque est à l’étude. Des outils nutritionnels et micronutritionnels utilisés afin de modifier bénéfiquement le microbiote sont plus qu’indiqués, à commencer par un traitement indispensable à la base de la flore pathogène et un apport ensuite de bactéries bénéfiques et APPROPRIÉES à chaque cas en individualisant bien.
Aux côtés d’une prise en charge alimentaire optimale adaptée, les résultats sont bien intéressants.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.